Le coup d’Etat en Birmanie pousse TotalEnergies à se retirer du Myanmar 

Dans un communiqué rendu public ce vendredi 21 janvier 2022, TotalEnergies a annoncé officiellement son retrait Myanmar, un an après le coup d’Etat survenu dans le pays.

Voici le communiqué de TotalEnergies:

Depuis le coup d’Etat survenu le 1er février 2021 en Birmanie,  TotalEnergies a en plusieurs occasions condamné de la manière la plus ferme les abus et  violations des droits humains qui s’y déroulent. Depuis cette date, les décisions prises par  notre compagnie ont été guidées par des principes clairs : arrêter tous nos projets en  cours, continuer cependant à produire le gaz du champ de Yadana car il est essentiel à  l’alimentation en électricité des populations locales birmanes et thaïlandaises, protéger  nos collaborateurs contre le risque de poursuites pénales ou de travail forcé, et, dans la  mesure matériellement et juridiquement possible, limiter les flux financiers perçus par la  société nationale pétrolière MOGE. 

En dépit des actions entreprises, TotalEnergies n’a pas été en mesure de satisfaire les  attentes de nombreuses parties prenantes (actionnaires, organisations de la société civile  internationale ou birmane), qui demandent de mettre fin aux revenus dont bénéfice l’Etat  du Myanmar via la société d’Etat MOGE au titre de la production du champ de Yadana.  Ceci est en réalité matériellement impossible pour TotalEnergies, car l’essentiel des  paiements liés à la vente du gaz sont effectués directement par la société thaïlandaise  PTT, acheteur du gaz à l’export. TotalEnergies, qui a également saisi les autorités  françaises pour envisager la mise en place de sanctions ciblées qui puissent cantonner  tous les flux financiers des divers partenaires sur des comptes séquestres sans arrêter la  production de gaz, n’a pas identifié de voies d’action pour y parvenir. 

Si notre Compagnie considère que sa présence dans un pays lui permet de promouvoir  ses valeurs, y compris en dehors de sa sphère directe d’activités, le contexte qui ne cesse  de se dégrader au Myanmar, en matière de droits humains et plus généralement d’Etat de  droit, depuis le coup d’Etat de février 2021, nous a conduit à réévaluer la situation et ne  permet plus à TotalEnergies d’apporter une contribution positive suffisante dans ce pays. 

En conséquence, TotalEnergies a décidé d’initier le processus de retrait prévu aux  contrats du champ de Yadana et de la société de transport MGTC au Myanmar, à la fois  en tant qu’opérateur et en tant qu’actionnaire, et ce sans aucune contrepartie financière  pour TotalEnergies. Ce retrait a été notifié ce jour aux partenaires de TotalEnergies dans  Yadana et dans MGTC et sera effectif au plus tard à l’issue du délai de préavis de 6 mois  prévu au contrat. Les accords prévoient qu’en cas de retrait, les intérêts de TotalEnergies  seront répartis entre les partenaires actuels sauf refus de leur part et que le rôle  d’opérateur sera repris par un des partenaires. 

Pendant la période de préavis, TotalEnergies continuera d’agir en opérateur responsable  afin de veiller à la continuité des livraisons de gaz au bénéfice des populations.  TotalEnergies a également indiqué à ses partenaires sa volonté de faciliter la transition  vers le nouvel opérateur et de favoriser le transfert des personnels qui le souhaiteront. 

Communiqué de Presse

Lire aussi
commentaires
Loading...