Dilou souhaite qu’on lui retire l’étiquette d’ancien dirigeant nahdhaoui

Le député gelé à l’Assemblée des Représentants du Peuple Samir Dilou a affirmé ce mardi 18 janvier 2022 qu’il ne veut plus évoquer les raisons qui l’avaient poussé à présenter sa démission des structures du mouvement islamiste Ennahdha ajoutant qu’il est grand temps de cesser de le présenter dans les médias en tant qu’ancien dirigeant nahdhaoui. Selon lui, il serait judicieux de citer sa qualité d’avocat ou encore d’activiste politique.

S’exprimant au micro de Mosaïque Fm, Samir Dilou est revenu sur l’affaire du dirigeant au sein du parti Ennahdha Noureddine Bhiri qui avait été admis à l’hôpital régional Habib Bougatfa à Bizerte au lendemain de son assignation à résidence surveillée.

Samir Dilou a considéré que Noureddine Bhiri est victime d’un kidnapping tout en rappelant que les autorités judiciaires n’ont émis jusque là aucun mandat de dépôt ou d’amener à l’encontre de son client.

L’élu gelé a ajouté que Bhiri n’a rien à voir avec les affaires évoquées par le ministre de l’Intérieur, Taoufik Charfeddine liées aux soupçons de terrorisme et à la vente de la nationalité tunisienne assurant que son client ne fait l’objet d’aucune poursuite judiciaire.

En ce qui concerne la mort suspecte du capitaine de la Garde Nationale Mohsen Adili, Samir Dilou a regretté des “procès médiatiques et facebookiens” selon ses dires tout en ajoutant que le nom de son client Noureddine Bhiri n’a pas été évoqué ni de près ni de loin dans cette affaire qui fait actuellement l’objet d’une enquête.

Lire aussi: Ennahdha nie tout lien entre la mort de Mohsen Adili et Noureddine Bhiri

Lire aussi
commentaires
Loading...