17ème édition du rapport sur les risques mondiaux

Mercredi 12 janvier 2022, le World Economic Forum a publié la 17ème édition du rapport sur les risques mondiaux, basé sur une enquête de perception réalisée en mai 2021 sur les différents risques mondiaux à long terme réalisée auprès de 124 pays.

Partenaire officiel du World Economic Forum, l’IACEa mené cette enquête pour le cas de la Tunisie.

Les résultats de l’enquête globale montrent que seulement, 16% des personnes interrogées sont optimistes quant aux perspectives mondiales, 11% pensent que la reprise mondiale va s’accélérer et le reste des personnes interrogées s’attend plutôt à ce que les trois prochaines années soient caractérisées par une volatilité constante et de multiples trajectoires fracturées qui sépareront les résilients et les non résilients.

Le rapport présente les risques les plus sévères à l’échelle mondiale au cours des dix prochaines années émanant de l’actualité économique, sociétale,environnementale et technologique des pays et des résultats de l’enquête.

Les principaux risques identifiés sont classés comme suit ;

1 Défaillance de l’action climatique 6 Maladies infectieuses
2 Conditions météorologiques extrêmes 7 Dommages environnementaux causés par l’homme
3 La perte de la biodiversité 8 Crises des ressources naturelles
4 Effritement de la cohésion sociale 9 Crises de la dette
5 Crises des moyens de subsistance 10 Confrontation géoéconomique

Figure : Les risques les plus graves à l’échelle mondiale au cours des 10 prochaines années

Note : Les répondants ont été invités à identifier les risques les plus sévères à partir d’une liste de 37 risques.

Pour le cas de notre pays, les résultats de l’enquête montrent un classement des principaux risques différents de la tendance mondiale (présentée au niveau de la figure ci-dessus).

Les répondants tunisiens évoquent cinq risques classés comme suit ;

  1. L’effondrement de l’Etat,
  2. La crise de la dette,
  3. Le chômage,
  4. Le prolongement de la stagnation de l’économie,
  5. La prolifération des activités économiques illicites.

Selon les répondants, l’effondrement de l’état tunisien constitue la menace la plus probable pour les deux prochaines années pour notre pays.

Il faut mentionner aussi que seulement cinq autres pays (Liban, Venezuela, Nicaragua, Pérou et Honduras), classent l’effondrement de l’Etat comme premier risque pour ces pays.

Les risques mentionnés qui menaceraient la Tunisie, ont déjà fait l’objet d’un débat lors des journées de l’Entreprise organisées en décembre dernier par l’IACE. Des propositions ont été émises pour éviter des risques économiques et sociaux. On peut en citer« la mise en place d’une constitution économique, basée sur un Pacte de solidarité économique et social entre le monde des affaires et la sphère politique. Ceci afin d’éviter des risques économiques et sociaux. »

Il est à noter, que le World Economic Forum publiera le rapport sur la compétitive des pays le 26 janvier. Et comme à l’accoutumée, l’IACE annoncera les résultats en détails concernant la Tunisie.

 

Lire aussi
commentaires
Loading...