Toyota présente sa feuille de route pour réduire de 100 % les émissions carbone d’ici 2035

  • Toyota se tient prêt à réduire de 100 % les émissions de CO2 de tous ses véhicules neufs d’ici 2035 en Europe de l’Ouest
  • Au moins 50 % de véhicules zéro émission (ZEV) en 2030, voire plus si la demande est supérieure
  • Première européenne du SUV 100 % électrique bZ4X, nouveau venu d’une gamme ZEV en plein essor
  • La production de modules de pile à combustible en Belgique doit favoriser l’émergence d’une économie de l’hydrogène
  • Des ventes dopées par l’arrivée de modèles électrifiés : 1 070 000 unités prévues en 2021, 1 300 000 en 2022

Lors du Kenshiki Forum organisé cette semaine, Toyota Motor Europe (TME) a présenté à la presse l’actualité de sa stratégie commerciale européenne, sa vision, ses nouveaux produits et ses évolutions technologiques. Kenshiki signifiant discernementclairvoyance en japonais, l’édition de cette année portait principalement sur l’engagement de TME envers la neutralité carbone, l’accélération de son programme d’électrification et son rôle actif dans l’édification d’une économie de l’hydrogène.

Feuille de route vers la neutralité carbone

Durant la conférence plénière, les dirigeants de Toyota ont expliqué la stratégie mise sur pied par l’entreprise pour atteindre le plus vite possible la neutralité carbone, tout en minimisant le CO2 émis entre-temps.

Pour y parvenir, l’entreprise compte accélérer l’électrification de sa gamme et proposer à l’ensemble de sa clientèle un choix diversifié de motorisations à faibles émissions.

Dans les prochaines années, Toyota va commercialiser un nombre croissant de véhicules zéro émission (ZEV) pratiques et abordables, à commencer par le bZ4X annoncé dernièrement. En 2030, les ZEV devraient représenter au minimum 50 % des ventes en Europe de l’Ouest, voire davantage si la demande le justifie – Toyota se donnant les moyens d’augmenter la production.

« Au-delà de 2030, nous tablons sur une progression encore plus forte de la demande de ZEV. Toyota se tiendra donc prêt à réduire de 100 % les émissions de CO2 de tous ses véhicules neufs d’ici à 2035 en Europe de l’Ouest, sous réserve de la mise en place, d’ici là, d’infrastructures suffisantes de recharge électrique et de ravitaillement en hydrogène, ainsi que de l’augmentation nécessaire des capacités en énergies renouvelables, » a déclaré Matt Harrison, Président & CEO de Toyota Motor Europe.

Pour sa part, Gill Pratt, Directeur scientifique chez TMC et CEO de TRI, a expliqué que la neutralité carbone passait surtout par une diversification des motorisations, en raison de la grande variété des marchés dans le monde. Celle-ci tient à trois facteurs principaux, à savoir la diversité des sources d’énergie, les différents besoins en matière de transport des personnes et, enfin, la nécessité absolue de maximiser le retour sur investissement afin d’exploiter au mieux les matières premières rares indispensables aux batteries : « Toyota s’est engagé à mettre des millions de véhicules électriques à batterie à la disposition de sa clientèle. Toutefois, pour réduire au maximum nos émissions nettes de carbone à l’échelle planétaire, il faudra recourir à nos différentes types de véhicules électrifiés – hybrides auto-rechargeables, hybrides rechargeables, électriques à batterie et à pile à combustible –, en optimisant leurs proportions respectives pour tirer le meilleur parti des contraintes de l’infrastructure, de la situation des clients dans chaque région du monde, mais aussi de l’approvisionnement limité et de l’amélioration des performances des batteries. »

À ce sujet, Gerald Killmann, Vice-président de la R&D chez TME, a communiqué de plus amples détails sur la stratégie de Toyota à l’égard des batteries, dans la foulée de l’annonce internationale d’un investissement de 11,5 milliards d’euros dédié aux batteries.

La production en série de la première batterie Ni-Mh bipolaire au monde a débuté. Outre le fait qu’elle nécessite moins de minéraux précieux, elle est moins coûteuse à fabriquer et offre une densité de puissance double de celle d’une batterie Ni-Mh ordinaire.

En appliquant ces mêmes techniques aux batteries Li-ion et tout en continuant d’améliorer l’efficacité énergétique des véhicules, Toyota espère, dès la seconde moitié de la décennie 2020, réduire de 50 % le coût unitaire des batteries sans pénaliser l’autonomie. Les véhicules électriques deviendront ainsi plus abordables.

Concernant l’arrivée très attendue des batteries tout-solide, Gerald Killmann a confirmé que, faisant suite aux essais de prototypes effectués l’an dernier, elles seront probablement introduites dans un premier temps sur les véhicules hybrides auto-rechargeables avant un déploiement à plus grande échelle, notamment sur les véhicules 100 % électriques afin d’offrir plus de puissance et d’autonomie, de pair avec des temps de charge raccourcis.

Une plus large gamme électrifiée, moteur de la croissance

TME espère livrer 1 070 000 véhicules en 2021, soit une part de marché estimée à 6,3 % – un nouveau record et 80 000 unités supplémentaires par rapport à 2020. Pour 2022, les prévisions sont d’environ 1 300 000 véhicules et 6,5 % du marché, chiffres qui marqueraient un nouveau record.

Cette prévision de croissance de 230 000 unités entre 2021 et 2022 mise sur la forte attractivité des produits, basée notamment sur un large recours aux plateformes TNGA et sur le mix actuel d’électrification : 70 % environ, un chiffre totalement inédit.

Elle tient compte également du lancement de nouveaux modèles porteurs, dont les bZ4X, Aygo X, GR86 et Corolla Cross.

Les “Deep Dives” Kenshiki : zoom sur les nouveautés

La séance plénière a été suivie de “Deep Dives” – une immersion profonde dans les nouveaux produits et technologies :

  • La première européenne du bZ4X, nouveau SUV 100 % électrique et le premier d’une série de sept modèles tout électrique bZ (beyond Zero), qui seront construits sur la plateforme dédiée eTNGA.
  • La présentation du nouveau SUV Toyota Corolla Cross, qui inaugure le système hybride de cinquième génération.
  • Lexus a dévoilé un ambitieux programme de lancement de vingt modèles à l’horizon 2025, doublant quasiment le volume des ventes à 130 000 unités. La marque a également présenté deux nouveautés : le NX450 hybride auto-rechargeable et le concept de buggy ROV.
  • H2 Momentum Deep Dive a fait le point sur le leadership de Toyota en matière d’hydrogène car, au-delà du secteur des transports, sa technologie peut aider à décarboner plus largement l’économie. D’ores et déjà, les solutions hydrogène Toyota équipent des voitures particulières, bus, poids lourds et petits utilitaires de livraison, trains, ainsi que des installations marines et stationnaires. Tout récemment, TME a annoncé la mise en production des modules de pile à combustible Toyota de deuxième génération en Belgique, à partir de janvier 2022.
Lire aussi
commentaires
Loading...