France: Elargissement de la campagne de rappel vaccinal à toute la population majeure

Comme attendu, le gouvernement suit les recommandations de la Haute autorité de santé : la dose de rappel, dite “troisième dose”, pourra être administrée à toutes les personnes majeures, a annoncé ce jeudi midi le ministre français de la Santé Olivier Véran, lors d’une conférence de presse.
“Oui, cette cinquième vague sera sans conteste plus forte, plus longue que la quatrième intervenue cet été”, a déclaré Olivier Véran. “Il n’y a aucune fatalité”, a-t-il ajouté, se félicitant de n’avoir recours ni à un confinement ni à un couvre-feu. Par ailleurs, le port du masque sera de nouveau obligatoire partout en intérieur, même dans les lieux soumis au passe sanitaire. En primaire, la fermeture des classes ne sera plus systématique lorsqu’un premier cas y est détecté.
*Une troisième dose pour tous
La dose de rappel sera donc disponible pour tous les plus de 18 ans, dès cinq mois après la dernière injection, au lieu de six précédemment. Les rendez-vous peuvent être pris dès ce samedi. Quelque 25 millions de Français sont concernés. “Nous allons ouvrir, rouvrir ou amplifier les centres de vaccination à compter de ce week-end”, a prévenu le ministre de la Santé.
A noter que le passe sanitaire des adultes qui n’auraient pas reçu leur rappel sept mois après la dernière injection sera désactivé, et ce, à partir du 15 janvier. Les personnes concernées ont donc deux mois pour réaliser leur troisième dose. L’application “TousAntiCovid” va être dotée d’une alerte afin de prévenir de l’expiration prochaine du passe.
Jusqu’ici, seuls les plus de 65 ans, les soignants ainsi que les plus fragiles étaient éligibles au rappel. Confronté à une “fulgurante” cinquième vague de contaminations, l’exécutif accélère son calendrier. Emmanuel Macron avait précédemment élargi cette campagne de rappel aux plus de 50 ans, début décembre. L’urgence, et les bons exemples à l’étranger ont convaincu le gouvernement d’aller plus loin.
De quoi lancer définitivement la campagne de rappel ? Le leader de la télémédecine Doctolib a fait état d’un nombre sans précédent mardi de rendez-vous pour une “troisième dose”, à plus de 350 000, avec une moyenne mobile sur sept jours dépassant les 150 000 créneaux réservés.
En ce qui concerne la vaccination des enfants de 5 à 11 ans, celle-ci ne débutera pas avant le début de l’année 2022. Le comité d’éthique va être saisi à ce sujet, a précisé le ministre de la Santé, après l’autorisation du régulateur européen du vaccin Pfizer à destination de cette classe d’âge.
*Les tests PCR valables 24 heures au lieu de 72
Afin d’inciter les non-vaccinés à franchir le cap, le gouvernement a déjà instauré le passe sanitaire puis mis fin à la gratuité des tests. Mais environ 6 millions de personnes éligibles à la vaccination n’ont encore reçu aucune dose en France. Le gouvernement a dégainé à leur encontre une contrainte supplémentaire : la validité du test anti-Covid dans un passe sanitaire va passer de 72 heures à 24 heures.
*Port du masque obligatoire en intérieur et contrôles renforcés
Les outils de lutte contre la propagation du virus sont désormais bien connus : la vaccination, les gestes barrière, les tests, l’isolement en cas de contamination, ainsi que le passe sanitaire, a également indiqué lors de la conférence de presse le Directeur général de la Santé Jérôme Salomon.
Le port du masque va redevenir obligatoire dans tous les établissements recevant du public, y compris là où le passe sanitaire est demandé (restaurants, centres commerciaux, lieux de spectacle, musées, etc). Et ainsi qu’à l’extérieur lors d’évènements de masse, comme les marchés de Noël. Les préfets jugeront selon la situation locale. Pour l’exécutif, il s’agit bien de “sauver les fêtes de fin d’année”. Toujours d’après Jérôme Salomon, le pic des hospitalisations pourrait être atteint début décembre.
En outre, un renforcement des contrôles du passe sanitaire dans les restaurants, les cinémas et les transports ainsi qu’un renforcement des campagnes de tests de dépistage dans les écoles sont également prévus.
*Plus de fermeture de classe dès le premier cas en primaire
Quelque 8500 classes sont actuellement fermées en France, un chiffre en forte hausse. Mais le protocole va tout de même changer : les classes de primaire ne seront plus systématiquement fermées dès le premier cas détecté. Dans un tel cas, tous les élèves testés négatifs pourront rester en classe, le gouvernement souhaitant augmenter ses capacités de tests.
“Seuls les élèves de la classe présentant un test négatif pourront revenir en classe”, a ainsi prévenu le ministre de l’Education nationale Jean-Michel Blanquer, qui a testé ce nouveau dispositif dans une dizaine de départements.
(L’Express)
Lire aussi
commentaires
Loading...