Une maladie sexuellement transmissible “mangeuse de chair” se répand en Europe

Une maladie sexuelle se répand au Royaume-Uni. Surnommée “mangeuse de chair”, cette infection peut causer des nécroses au niveau des parties génitales, indistinctement chez l’homme et la femme.
Une IST se développe au Royaume-Uni. D’abord avant la crise sanitaire, l’infection s’est ensuite largement développée depuis la levée progressive des gestes barrières, rapporte Gentside. Cette maladie provoque, entre autres, des lésions sur les parties génitales des personnes qui l’ont contractée.
Du nom de donovanose, ou granulome inguinal, cette maladie se “caractérise par des lésions cutanées à évolution lente, de couleur rouge vif, surélevées, indolores et souvent ulcérées” rapporte la plateforme. La période d’incubation s’étendrait d’une à 12 semaines, et cette maladie surnommée “mangeuse de chair” pourrait provoquer de fortes odeurs désagréables et favoriserait la transmission du VIH. Cette maladie peut causer des nécroses au niveau du pénis, de l’anus et du vagin, et peut entraîner la mort de son porteur.
La dovanose se transmet lors d’un rapport sexuel non protégé avec pénétration ou par voie orale. La maladie demeure cependant rare, avec 18 cas au Royaume-Uni en 2020. “Ces chiffres montrent que la donovanose – que l’on pensait auparavant limitée à des endroits comme l’Inde, le Brésil et la Nouvelle-Guinée -est de plus en plus courante en Europe” expliquait le docteur Shree Data, consultant en obstétrique et gynécologie, au journal The Sun.
Une cure d’antibiotiques peut suffire pour traiter l’infection. Prévenir ses partenaires sexuels est inévitable.
 (La Dépêche)
Lire aussi
commentaires
Loading...