Moody’s abaisse la note de la Tunisie à Caa1 avec une perspective négative

L’heure est grave : l’agence de notation américaine Moody’s a annoncé, Jeudi, la dégradation de la note souveraine de la Tunisie à long terme, en devises et en monnaie locale, de B3 à Caa1, et maintenu la perspective négative.

Moody’s a, également, abaissé la note de la Banque centrale de Tunisie (BCT), qui est légalement responsable des paiements sur toutes les obligations du gouvernement, de B3 à Caa1 et maintenu la perspective négative.

Selon l’agence, cette dégradation intervient suite à “l’affaiblissement de la gouvernance et l’incertitude accrue quant à la capacité du gouvernement à mettre en place des mesures qui puissent répondre aux besoins de financement élevés, au titre des prochaines années”.

” Si un financement important n’est pas assuré, la Tunisie risque un défaut de paiement de sa dette “, prévient Moody’s.

Ce risque est en partie atténué par l’accumulation passée de réserves de change qui fournissent un certain filet de sécurité pour les futurs paiements du service de la dette extérieure à court terme.

S’agissant des perspectives négatives, elles reflètent les risques à la baisse liés à d’éventuels retards prolongés dans les réformes et les financements qui en dépendent et qui éroderaient les réserves de change à cause des prélèvements pour le paiement du service de la dette, exacerbant ainsi les risques sur la balance des paiements.

” Dans ce scénario, la probabilité d’une restructuration de la dette du secteur public qui entraînerait des pertes pour les créanciers du secteur privé augmenterait “, a expliqué l’agence.

En effet, la notation souveraine de la Tunisie a baissé d’un cran et la notation de la monnaie locale a baissé de ” Ba3 ” à ” B1 “. Cet écart de trois crans reflète l’affaiblissement des institutions, la prédominance du secteur public, les contraintes de compétitivité externe et l’environnement politique et social qui entravent l’environnement des affaires.

La notation des devises étrangères a été abaissée de ” B2 ” à ” B3 “. L’écart de deux crans par rapport à la notation de la monnaie locale reflète des déséquilibres externes persistants et la dépendance aux entrées de capitaux étrangers qui augmentent l’exposition des entreprises aux risques potentiels de transfert et de convertibilité.

 

Lire aussi
commentaires
Loading...