Meurtre d’un député britannique : la piste terroriste privilégiée

D’après la police, la mort de David Amess, mortellement poignardé ce vendredi, serait liée à « l’extrémisme islamiste ». Un homme de 25 ans a été arrêté.
Il a été poignardé à plusieurs reprises, peu après 11 heures GMT. Le député conservateur britannique David Amess est décédé après avoir été attaqué, ce vendredi 15 octobre, lors d’une permanence parlementaire qu’il tenait dans une église de sa circonscription à Leigh-on-Sea, à l’est de Londres.
En dépit des efforts des services de secours arrivés sur place en quelques minutes, le parlementaire n’a pu être sauvé. Soupçonné de meurtre, un homme de 25 ans a été rapidement arrêté après l’arrivée de la police sur place. Un couteau a été retrouvé sur les lieux. Le principal suspect, un Britannique d’origine somalienne d’après plusieurs médias, a été placé en garde à vue. La piste terroriste est privilégiée à ce stade. D’après l’enquête de la police, la mort de ce parlementaire de 69 ans serait potentiellement « liée à l’extrémisme islamiste ».
*Une vive émotion au Royaume-Uni
Ce meurtre a suscité une forte émotion au Royaume-Uni. Le Premier ministre britannique Boris Johnson a exprimé son « choc » et sa « tristesse ». « Nos cœurs sont très choqués et tristes aujourd’hui, après la disparition du député Davis Amess, qui a été tué lors de sa permanence parlementaire, dans une église, après presque 40 ans au service » de ses administrés et du Royaume-Uni, a déclaré le chef du gouvernement conservateur dans une brève intervention télévisée.
« C’était l’une des personnes les plus gentilles et les plus douces en politique », a-t-il ajouté. Il a loué le bilan « exceptionnel » du député « pour aider les plus vulnérables, que ce soit les personnes qui souffrent d’endométriose », maladie chronique touchant les femmes que le député avait aidé à faire connaître, « en adoptant des lois pour mettre fin à la cruauté envers les animaux, ou en faisant énormément pour réduire la précarité énergétique ».
*« Horrible, tragique nouvelle »
De nombreux parlementaires et personnalités politiques, toutes étiquettes politiques confondues, ont loué la « gentillesse » de David Amess après l’annonce de son décès. « Horrible, tragique nouvelle », a réagi sur Twitter le ministre des Transports Grant Shapps, qui a rendu hommage à un « vrai parlementaire qui a perdu la vie en servant ses administrés ».
Sur Twitter, le ministre de la Justice Dominic Raab a loué le « grand cœur » et la « grande ouverture d’esprit du député poignardé, y compris envers ceux avec qui il n’était pas d’accord ». « Il était très apprécié des députés et du personnel, et au cours de ses presque quatre décennies ici, il s’est bâti une réputation de gentillesse et de générosité », a réagi dans un communiqué le président de la Chambre des communes, Lindsay Hoyle, « choqué » par ce drame qui pose de nouveau au premier plan la question de la sécurité des députés.
*Deux députés tués en 5 ans
David Amess est le deuxième député tué en cinq ans, après l’assassinat par un sympathisant néonazi de la députée travailliste europhile Jo Cox en 2016, une semaine avant le référendum sur le Brexit. En 2010, le député travailliste Stephen Timms avait été poignardé à plusieurs reprises, mais a fini par guérir de blessures qui auraient potentiellement pu lui coûter la vie. Sur Twitter, le député s’est dit « horrifié » par les faits.
En janvier 2000, le député (libéral-démocrate) Nigel Jones avait été blessé et son assistant tué par un homme muni d’un sabre lors d’une permanence parlementaire à Cheltenham, dans l’ouest de l’Angleterre. L’ancien chef du parti conservateur, Iain Duncan Smith, a exprimé son inquiétude quant à la sécurité de ces permanences parlementaires. « Quand vous n’êtes pas dans votre bureau, et que vous êtes dans un lieu public, cela signifie que les mesures de sécurité qu’on vous recommande de prendre ne peuvent pas être prises », a-t-il tweeté.
(AFP)
Lire aussi
commentaires
Loading...