Le Brésil cartonne, l’Argentine confirme, fin de match polémique en Colombie

Douzième journée des éliminatoires du Mondial 2022 dans la zone Amérique du Sud. Une levée qui, au-delà de sa programmation polémique, suscitait énormément d’attentes, notamment du côté du Brésil. Opposée à l’Uruguay d’Edinson Cavani et de Luis Suarez, la Canarinha espérait voir un Neymar à la hauteur après le spleen affiché par son numéro 10.
Eh bien, la réponse de la star du PSG a été telle que Marca se demande ce matin « pourquoi veux-tu prendre ta retraite internationale, Neymar ? » C’est tout simple : Ney et l’ancien Rennais Raphinha ont atomisé la Celeste à eux deux. C’est tout d’abord Neymar qui a ouvert le score dès la dixième minute.
Huit minutes plus tard, lancé par Neymar, Raphinha faisait le break, avant de signer un doublé à l’heure de jeu. Deux buts pour fêter sa première titularisation chez les Auriverdes : Raphinha continue de marquer beaucoup de points auprès de Tite. Luis Suarez a eu beau réduire la marque (77e), Gabriel Barbosa a achevé le travail brésilien, grâce à la deuxième passe décisive de Neymar de la soirée (83e). 4-1, une place de leader au classement avec six points d’avance sur son premier poursuivant, le Brésil sera au rendez-vous qatari, sauf énorme catastrophe.
*L’Argentine confirme, scénario de fou pour la Colombie
Dauphins de leurs rivaux brésiliens, les Argentins ont confirmé leur belle victoire face à l’Uruguay en disposant du Pérou sur le plus petit des scores (1-0). Un but signé Lautaro Martinez. À noter tout de même que l’Albiceleste aurait pu être rejointe, peu après l’heure de jeu, mais Yotun a raté son penalty. De son côté, le Chili s’est relancé dans la course à la qualification après avoir explosé la lanterne rouge du classement, le Venezuela (3-0).
Les partenaires d’Alexis Sanchez reviennent à trois petits points de l’Uruguay (5e) et de la Colombie (4e). Les Cafeteros ont d’ailleurs vécu une soirée spéciale face à l’Équateur. Alors que les deux équipes étaient à égalité, Yerry Mina pensait donner la victoire aux siens au bout du temps additionnel (90e + 7). Mais c’était sans compter sur la VAR qui a mis sept minutes pour annuler le but du défenseur colombien, jugé coupable d’une main (90e +15). 0-0 score final. Un incident qui va encore beaucoup faire parler.
 (Footmercato)
Lire aussi
commentaires
Loading...