Covid-19 : qu’est-ce que le “PIMS”, ce syndrome inflammatoire qui touche les enfants ?

Des enfants ont été pris en charge aux urgences pour le syndrome inflammatoire “PIMS” qui apparait six à huit semaines après une infection Covid. Explication.
“PIMS” : voilà le nom d’une maladie issue du Covid-19, qui touche les enfants âgés de 4 à 11 ans. Depuis 15 jours, le “PIMS”, qui signifie littéralement syndrome inflammatoire multi-systémique pédiatrique affecte de jeunes patients dans plusieurs régions en France. Sur les 727 cas recensés en France en un an et demi : 88 “PIMS” sont répertoriés en Provence-Alpes-Côte d’Azur, selon l’Agence Régionale de Santé. Un jeune patient est décédé.
*Des jeunes de 4 à 11 ans
Agés de 4 à 11 ans, ces derniers font état de syndromes multiples : forte fièvre, troubles digestifs, atteintes cutanées, une grande fatigue ou encore des douleurs diffuses. Sur France Info, le docteur Philippe Babe, chef des urgences pédiatriques de l’hôpital pour enfants Lenval de Nice, a néanmoins indiqué que le nombre de malades est en diminution : “Le pic, c’était surtout début septembre. On a eu en même temps pas mal d’enfants, une dizaine qui présentaient ce syndrome.”
Cette maladie serait en phase descendante, notamment grâce à une prise en charge plus précoce et un meilleur diagnostic. “Dès qu’un enfant ou un adolescent présente un tableau avec un syndrome inflammatoire, il est vite diagnostiqué”, a indiqué le médecin à France Info.
Pour l’essentiel, les enfants atteints n’ont pas eu de symptôme au moment du Covid-19. Ces derniers se déclarent six à huit semaines après avoir été en contact avec une personne positive. Dès que le diagnostic est posé, les médecins administrent des immunoglobulines et des corticoïdes “sur des cures relativement courtes.” A l’heure actuelle, précise le docteur Philippe Babe : “La plupart des enfants est en rémission avec un suivi à moyen terme pour voir quelle va être l’évolution.”
*Deux tiers des patients en soins intensifs
La principale difficulté est que les symptômes du “PIMS” sont très proches de ceux d’autres maladies moins graves et très répandues. Mais si l’asthénie et la fièvre durent au-delà de 5 jours, cela doit entraîner une consultation médicale, précise Philippe Babe.
Si les jeunes patients ne sont pas en réanimation, deux tiers d’entre eux sont en soins intensifs afin de surveiller leur rythme cardiaque et suivre le protocole thérapeutique. L’hospitalisation dure alors en moyenne entre 8 et 10 jours. Actuellement, le pic pour le “PIMS” semble sous contrôle.
(L’Express)
Lire aussi
commentaires
Loading...