Gelé au sein d’Ennahdha, Imed Hammami tacle (encore) Rached Ghannouchi

Imed Hammami fait indiscutablement partie des farouches frondeurs d’Ennahdha. D’ailleurs, son opposition au Cheikh Ghannouchi lui a valu un gel de son adhésion au sein du parti islamiste. Il devrait également faire l’objet de sanctions disciplinaire pour “le non respect de la ligne du parti”.

Le principal intéressé, en tant qu’électron presque libre, a décidé de revenir, ce lundi 13 septembre 2021, sur les différends ayant opposé l’ancien chef du gouvernement, Youssef Chahed, à feu Béji Caïd Essebsi, ancien président de la République. C’était, aussi, une façon pour lui de tacler Ennahdha et Rached Ghannouchi. “Lorsque j’étais ministre de la Santé, j’ai conseillé à Youssef Chahed de rester à l’écoute de l’ancien président. Je lui ai également conseillé de ne pas tisser d’alliances avec Ennahdha. Cette dernière, à l’époque, aurait dû choisir le président de la République et non Youssef Chahed”, a-t-il déclaré dans Politica.

La stratégie d’Ennahdha de l’époque, poursuit le nahdhaoui gelé, a coûté cher à la Tunisie. Quant à Youssef Chahed, il n’avait pas opté pour la bonne voie. Tous les deux ont déçu le président de la République. C’est à partir de cette époque que les problèmes ont commencé.

Revenant encore sur Ennahdha, Imed Hammami n’a pas du tout mâché ses mots. “J’ai été vendu par le parti”, a-t-il lâché. Pendant 10 ans, poursuit-il, le parti islamiste a commis des erreurs stratégiques, et ce à cause des décisions unilatérales de son président – Rached Ghannouchi -.

Lire aussi
commentaires
Loading...