Imène Gzara: “Nous avons déposé une plainte pénale contre Hasna Ben Slimane”

Me Imène Gzara, membre du Comité de défense des martyrs Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi a indiqué mercredi 28 juillet lors d’une conférence de presse qu’elle a déposé une plainte pénale contre l’ancienne ministre de la Justice par intérim limogée, Hasna Ben Slimane, le 22 juillet 2021 devant le Tribunal de première instance de Tunis 1.
Elle a ajouté que la plainte accuse Ben Slimane de couvrir les criminels et tente de récupérer le fameux rapport d’inspection du ministère de la Justice, en plus de son action visant à entraver les annexes et toutes les plaintes du Comité de défense qui ne sont toujours pas parvenues au Conseil judiciaire.
“Celui-ci avait pourtant courageusement demandé par le passé à connaitre le sort  de toutes les plaintes déposées par le Comité de défense des martyrs Belaïd et Brahmi, rappelle Gzara. Malheureusement, nos plaintes se trouvent toujours comme par miracle empoussiérées et dérobées dans les étagères afin de couvrir et protéger le système des “Ikhwane” (Les Frères musulmans) qui gangrène l’appareil judiciaire. Mais, rassurez-vous, nous ne nous tairons pas”, martèle la membre du Comité de défense des deux martyrs de la nation.
Enfin, Imène Gzara a appelé le président de la République, Kaïs Saïed, en sa qualité de président du ministère public à soulever les poursuites dans l’affaire de l’assassinat des hommes politiques Belaïd et Brahmi.
Le Comité de défense avait publié au début du mois le rapport de l’inspection générale intéressant le juge Béchir Akremi, nommé en 2016 procureur de la République du tribunal de Tunis 1.
“Un joli butin
On y apprend que 6.286 dossiers terroristes non instruits du temps du juge Akremi,  que 1.361 dossiers de terrorisme classés et abandonnés par les tribunaux de droit commun, sans que le caractère terroriste ne soit clairement signifié pour ces dossiers, la disparition d’un grand nombre de PV des unités sécuritaires, et qui n’ont pas été signalés dans les dossiers (ou carnets), dont 20 relatifs aux déplacements en direction des zones de tension, 46 pour appartenance à des organisations terroristes, 9 PV relatifs à des prises d’assaut par des terroristes de maisons de citoyens de Kasserine, pour vol sous menaces de mort, PV de tentative de meurtre par balle contre un agent de police, 54 PV relatifs à des accusations terroristes à propos desquels aucune décision n’a été prise, 118 dossiers terroristes qui lui ont été transmis par la justice militaire mais non inclus dans les livres du tribunal, tout en laissant les expertises des explosifs, des armes et des cadavres de terroristes sans enregistrement par date et sans inclusion dans les livres du tribunal.
Ce joli bilan a amené le comité de défense des deux martyrs de la Nation à parler tout simplement de “chambre secrète du terrorisme en Tunisie”.
Lire aussi
commentaires
Loading...