La BNA viable, rentable, résiliente et socialement responsable

La Banque nationale agricole a tenu jeudi 10 juin son assemblée générale ordinaire en portant haut ce leitmotiv : « Si près du but, continuons à y croire ».

L’année 2020 marque la fin du plan de restructuration de la BNA lancé en 2016 et annonce le démarrage d’une nouvelle stratégie de relance pour une BNA qui a réalisé des résultats fort louables et a accentué la mobilisation de ses ressources au profit de l’économie dans un contexte de reprise progressive.

MondherLakhal, directeur général de la BNA, a dans son intervention, à l’ouverture de l’AGsoulignésa fierté d’appartenir à banque qui a réalisé à presque 100% les objectifs du plan de restructuration. Une banque dont les équilibres financiers ont été assurés et dont les fondamentaux sont solides malgré la pandémie Covid+ qui a trop duré.

Parmi les réalisations les plus importantes de la BNA en 2020,il y a lieu de citer la création du Centre d’Affaires, la clôture des emprunts obligataires lancés en 2020 et 2021,la participation à la luttecontre la Covid+ en y consacrant 10% des résultats nets de la banque  et un engagement sans faille dans des actions RSE dans les domaines éducatifs, culturels, sportifset environnemental.

Les résultats financiers de la BNA ont été dans le respect des objectifs fixés dans le cadre du business plan établi par le plan de restructuration.

L’encours des crédits entre 2015 et 2020 a augmenté en volume de 5 milliards de dinars attribué soit 75% de l’exposition initiale de 2015 et un taux de croissance annuelle aux alentours de 12%. Quant à l’encours des dépôts, précise Mondher Lakhal, il a atteint les 8,8 milliards de dinars en 2020 pour arriver quelques mois après à la barre des 9 milliards de dinars. L’année 2015 avait démarré avec un encours dépôts de 6,2 milliards de dinars. L’évolution moyenne est donc de l’ordre de 7%.

Les dépôts à vue BNA se sont stabilisés à 8.778 MD en 2020 contre 8.537 MD en 2019, soit une hausse de 2,8% avec une croissance des dépôts à vue de 19,8% (+493 MD) et autre sommes dues à la clientèle pour totaliser un encours de 2. 984 MD. L’épargne a augmenté de 9,4% avec + 286 MD pour atteindre les 3. 108 MD. Les dépôts à terme ont pour leur part reculé avec – 520 MD pour se stabiliser à 2.685 MD. En termes de positionnement sectoriel, la BNA occupe la deuxième place.

Notre stratégie est claire, explique le DG de la BNA : «C’est la maîtrise des charges par rapport aux dépôts, c’est le produit dépôt le plus cher qui a reculé de 16,2% et ceux faiblement rémunérés ont augmenté ».

Au 31/12/2020, le chiffre d’affaires BNA a avancé de 5%, les charges quant à elles, ont augmenté de 4,4% seulement. Le taux de réalisation des objectifs fixés par le business plan avoisine les 98% tout comme celui relatif au PNB qui a atteint les 99% avec 690 millions de dinars en 2020 contre 654 MD en 2019. La barre des commissions dans le PNB en 2020 était de 16% et a augmenté pour atteindre les 21% en 2020.

L’indice dépendance aux crédits a également été amélioré et des efforts seront fournis pour limiter son taux de participation au PNB. « Nous adopterons la démarche portefeuille titres et commissions ».

La BNA compte dans le cadre de sa nouvelle stratégie se doter d’un écosystème qui réponde aux ambitions d’une banque qui veut conforter sa position en tant que green Bank et qui a adhéré au pacte mondial des nations unies.

« Nous allons renforcer notre label de banque citoyenne à travers une politique RSE visant à privilégier les financements et les investissements verts et prouver par nos actions que rentabilité et développement durable vont de pair » assure Mondher Lakhal.

Après avoir réussi un plan de restructuration étalé sur 5 ans et été la seule banque à subir le stress test commandé par la Banque centrale de Tunisie, personne ne peut douter aujourd’hui que la BNA est une banque viable, rentable, résiliente et socialement responsable.

 

Lire aussi
commentaires
Loading...