« Gabés Cinéma Fen »: « El Kazma » s’approprie l’espace public

El Kazma est non seulement la Corniche connue de Gabés, mais c’est également le nom attribué à une section du festival « Gabés Cinéma Fen » dans sa 3ème édition en cours de 2021. Une section consacrée à l’art visuel et aux installations plus recherchées les unes que les autres. Une section qui n’a pas été vécue comme espéré lors de l’édition totalement numérique qui a eu lieu en 2020, sous la pandémie mondiale du Covid19.
L’art vidéo ou les installations visuelles et techniques ne cessent de sillonner le monde et elles sont dans l’air du temps quand elles sont forcément programmées lors du festival « Gabés Cinéma Fen », qui rappelons-le, ne s’ouvre pas que sur le 7ème art. L’impact de l’image fait fureur à travers le monde et à Gabés, il n’y échappe pas.
Sous la houlette de Malék Gnaoui et d’autres commissaires d’expositions, dont nombreux et nombreuses sont sur place, l’art visuel s’est emparé des conteneurs situés sur la Corniche d’El Kazma. Chacun d’entre eux abrite une aventure artistique inédite. Les festivaliers ont pu découvrir un nombre considérable de ces installations à partir de la 2ème journée de « Gabés Cinéma Fen » qui s’étend du 18 au 26 juin 2021.
Chaque conteneur est un vertige artistique, une découverte, conçue par un artiste programmé et dirigé par Malék Gnaoui. Une aubaine pour un festival qui se consacre grandement à l’art visuel, et aux installations d’artistes venues des quatre coins du monde. « El Kazma » est une initiative qui s’approprie l’espace public à des fins artistiques entrainant les citoyens dans une spirale de savoir hors du commun.
« El Kazma » se déroule à Gabés sur cette corniche mais également aux environs : 6 installations seront visibles entre « El Kazma « , Gabés, ses coins, ses recoins et le sud du pays. Loran Motaron a fusionné art, interprétation et photographie afin de montrer son œuvre dans son aspect le plus attrayant.
Huit conteneurs contenant huit travaux artistiques qui risquent de conquérir plusieurs. Ils mettent en œuvre des personnages, des messages implicites, explicites, humains et universels. Le pouvoir de l’image se résume dans ces expositions d’El Kazma. L’image qui permettrait de recevoir de questionner son présent mais également son avenir incertain.
La section « K-Off » dirigée par Salma Ksontini s’adresse aux artistes montants de la génération actuelle et qui émane de la Tunisie, désirant s’ouvrir aussitôt sur le monde. 7 travaux artistiques appartenant à des tunisiens sont présentés et propulsés à travers Malék Gnaoui et Salma Ksontini.
Lire aussi
commentaires
Loading...