Le MI, la Kasbah et la coalition Al Karama, pires ennemis des journalistes tunisiens selon le SNJT

Lors d’une conférence de presse organisée au siège du Syndicat à l’occasion de la journée mondiale de la liberté de la Presse, les membres du bureau exécutif du syndicat National des Journalistes tunisiens (SNJT)ont présenté le rapport annuel sur la réalité de la liberté de la presse en Tunisie. Ils ont annoncé que 206 agressions contre des journalistes ont été recensées durant la période allant du 1er mai 2020 au 30 avril 2021. Il s’agit d’un chiffre record durant les trois dernières années.

Le SNJT a classé le ministère de l’intérieur, la présidence du gouvernement ainsi que le bloc de la coalition Al Karama parmi les parties les plus hostiles aux journalistes et à la liberté de la presse durant la même période.
Selon la même source, 44 journalistes ont été agressés par des sécuritaires ou encore des syndicats sécuritaires. La présidence du gouvernement arrive, quant à elle, à la deuxième place. Les membres du SNJT ont rappelé que le gouvernement de Hichem Mechichi  avait retiré le projet d’amendement du décret-loi 2011-116 relatif à la liberté de la communication audiovisuelle, déposé à l’ARP par l’ancien gouvernement laissant ainsi la voie ouverte à l’initiative législative de la coalition Al Karama qui constitue une véritable menace pour l’indépendance de la HAICA.

La vice-présidente du SNJT, Amira Mohamed a également rappelé que le chef du gouvernement a opéré des nominations politiques à la tête de Shems Fm, Cactus Prod ainsi que l’agence Tunis Afrique Presse dont le siège a été pris d’assaut par des éléments de la force publique.

Par ailleurs, Amira Mohamed a précisé que 15 journalistes parmi un total de 23 journalistes agressés sous le dôme du parlement ont été agressés par des membres du bloc de la coalition Al Karama.

Photos: Jalel Ferjani – Réalités Online 

 

 

Lire aussi
commentaires
Loading...