Expulsions d’Al-Qods: Israël joue la montre 

Avichai Mandelblit, procureur général d’Israël, a obtenu dimanche le report de l’audience de la Cour suprême concernant des expulsions de familles palestiniennes d’Al-Qods.
Le gouvernement pourrait désormais disposer d’une certaine marge de manoeuvre pour tenter de désamorcer une situation explosive dans la ville occupée d’Al-Qods, où cette affaire et des frictions pendant le mois de ramadan ont entraîné des affrontements entre Palestiniens et policiers israéliens.
Un porte-parole d’Avichai Mandelblit a déclaré que le tribunal avait accepté de recevoir un futur avis du procureur général et qu’une nouvelle session serait programmée dans les 30 jours.
Les tensions à Al-Qods-Est ont débouché sur des affrontements entre la police israélienne et les Palestiniens autour de la mosquée d’Al Aksa, la troisième mosquée la plus sacrée de l’Islam, en plein mois de ramadan.
Des affrontements ont aussi éclaté dans certaines parties d’Al-Qods-Est dimanche, notamment dans le quartier de Cheikh Jarrah et à l’extérieur de la vieille ville fortifiée, ainsi que dans la ville portuaire de Haïfa.
Des militants palestiniens de la bande de Gaza ont tiré au moins quatre roquettes sur l’entité sioniste, selon l’armée juive. L’une d’entre elles a été interceptée et les autres n’ont pas atteint leurs cibles ou sont tombées dans des zones ouvertes. Aucune victime n’a été signalée dans l’immédiat.
L’éventualité d’une nouvelle flambée de violence pourrait également dépendre d’un autre événement prévu lundi – une marche annuelle de jeunes Israéliens vers la vieille ville d’Al-Qods occupée, dont la population est en grande partie palestinienne, pour marquer ce que l’Etat sioniste célèbre comme la réunification d’Al-Qods en 1967.
(Reuters)
Lire aussi
commentaires
Loading...