Bientôt des soins à des frais réduits dans les cliniques privées ?

Les hôpitaux publics sont saturés aujourd’hui, avec des services qui laissent à désirer. Face à cette situation, le citoyen se retrouve, parfois, contraint de se tourner vers les cliniques privées en supportant des factures très salées. Ces dernière se chiffrent, en effet, à plusieurs milliers de dinars – on demande même un versement de 8 000 dinars dès l’entrée à la clinique ! -.

C’est dans ce contexte qu’un accord devrait être conclu entre les pouvoirs publics et les cliniques privées. A travers celui-ci, les cliniques privées prendront en charge les patients en respectant une somme forfaitaire alignée à la charge des hôpitaux publics. C’est, en tout cas, ce qu’a annoncé le ministre des Affaires Sociales, Mohamed Trabelsi, qui s’est exprimée ce lundi 3 mai 2021 sur les ondes de Shems FM.

Le travail sera conjointement mené par son département et celui des Finances. “Nous sommes en train d’étudier les modalités de l’accord”, a-t-il précisé. Dans ce même contexte, Mohamed Trabelsi a critiqué l’absence des banques et des compagnies d’assurance dans l’élan de la solidarité nationale face à la COVID-19, et ce malgré leurs bénéfices.

Reste à savoir si les cliniques privées vont jouer le jeux. Autre question qu’il faut se poser : qui va assumer la différence entre la facture réelle et la facture réduite dans les cliniques privées ? Sans doute, nous aurons des éléments de réponses au fur et à mesure de l’avancement des propositions de l’accord.

Lire aussi
commentaires
Loading...