Retour de la paix en Libye : Impact économique sur la Tunisie

 Le vote de confiance en faveur du nouveau gouvernement libyen présidé par Abdelhamid Dbeibah constitue un nouveau point de départ pour la Libye avec la sortie du conflit destructeur dans lequel le pays a été plongé depuis dix ans et ouvre une nouvelle ère de paix et de stabilité. Ces accords politiques vont permettre à la Libye de reconstruire les institutions de l’Etat et de s’éloigner du spectre de la violence et de reconstituer le lien commun.
La fin du conflit en Libye et l’entrée dans une ère de paix auront des conséquences majeures à différents niveaux dont les aspects politiques, économiques et sociaux. Au niveau économique, la Libye va se lancer dans un programme de reconstruction suite aux destructions des années de guerre civile qui sera à l’origine d’une grande effervescence économique. Ce retour à une croissance forte en Libye lui permettra de jouer un rôle important comme elle l’a fait tout au long de son histoire à différents niveaux dont les échanges commerciaux, les investissements et le mouvement de travailleurs immigrés.
L’étude que nous venons de finaliser pour le compte de UN-ESCWA montre que le retour de la paix en Libye aura d’importantes conséquences sur l’économie libyenne. En même temps, cette effervescence sera à l’origine d’un renforcement de la coopération régionale dans la mesure où les pays de la région et particulièrement la Tunisie seront parmi les grands bénéficiaires de la paix en Libye.

La paix en Libye et le retour de la croissance
Les premiers résultats de notre étude concernent le retour de la croissance avec la fin du conflit. Mais, cette nouvelle dynamique aura un important impact au niveau international et particulièrement sur les pays de la région.
Le retour de la croissance aura trois effets majeurs. Le premier est que la Tunisie sera un grand bénéficiaire du retour de la croissance en Libye et le PIB va connaître une importante envolée en comparaison avec le scénario de base que nous avons retenu dans cette étude et qui est la poursuite du conflit et de la guerre
(Voir figure 1).
Nous avons réussi à mesurer de manière précise le volume de croissance du PIB en Tunisie suite à la paix en Libye. Le PIB tunisien va enregistrer une croissance en moyenne annuelle de 3,8% par rapport au scénario de base qui est la poursuite du conflit en Libye. Cette augmentation au cours des cinq prochaines années entre 2021 et 2025 est estimée à 9,7 milliards de $ soit l’équivalent de 26,77 milliards de dinars, c’est-à-dire près de 25% du PIB de l’année en cours (voir tableau N°1).
Le second résultat auquel nous sommes parvenus dans cette étude concerne l’impact en matière de croissance suite à la paix en Libye qui ne se limitera pas à la Tunisie, mais touchera les pays voisins dont l’Egypte, l’Algérie et le Soudan dont la croissance supplémentaire sera de 152 milliards de $ au cours des cinq prochaines années.
Le troisième résultat auquel nous sommes parvenus est l’effervescence économique suite à la paix qui ne se limitera pas aux pays de la région mais touchera d’autres pays comme la Turquie ou des pays en Europe comme la France, l’Allemagne et l’Italie.
Mais, la remarque la plus importante concerne le poids du bénéfice des effets de la paix sur les pays de la région qui seront les mieux lotis, en comparaison à d’autres pays notamment en Europe et la Turquie. C’est ce que j’appelle l’effet d’éviction dans la mesure où la paix en Libye va renforcer la coopération et les échanges régionaux aux dépens des autres pays et d’autres régions. Cet effet est significatif de l’ampleur des rapports économiques régionaux entre la Libye et ses voisins et qui reprendront leurs envols avec la fin du conflit.
Mais, l’impact économique suite à la fin du conflit ne se limitera pas à la croissance mais touchera également les investissements.

La paix en Libye et les investissements.
La fin du conflit en Libye et les nouvelles perspectives de croissance vont pousser beaucoup d’entreprises à sortir de leur attentisme produit des crises multiples et vont chercher à prendre à nouveau des risques et à relancer leurs investissements.
Dans cette étude nous avons cherché à mesurer le volume de l’investissement qui sera effectué suite à la reconstruction de la Libye dans les autres pays. Cette étude nous a permis de parvenir à trois résultats majeurs. Le premier résultat est que la Tunisie va connaître une importante croissance des investissements suite au retour de la paix en Libye. Dans notre modèle nous avons estimé que la croissance de l’investissement sera en moyenne annuelle de   5,49% par rapport au scénario de référence qui est la poursuite du conflit (Voir tableau N°2).
Le second résultat est que les conséquences sur l’investissement ne se limitent pas à la Tunisie mais touchent également les autres pays de la région notamment l’Algérie, le Soudan et l’Egypte avec des niveaux différents selon leur niveau de diversification.
Le troisième résultat est que de nombreuses régions vont également bénéficier du retour de la paix, dont les pays européens notamment la France et l’Allemagne. La Turquie va également voir une croissance des investissements. Mais, le retour des investissements dans ces pays sera moins marqué que dans les pays voisins.
Le retour de la croissance et de l’investissement va avoir un impact positif sur l’emploi.

 La paix en Libye et le retour de l’emploi
Le retour de la paix en Libye, la croissance et la reprise de l’investissement auront des conséquences positives sur l’emploi dans un grand nombre de pays qui vont connaître un recul important du chômage. Cette baisse du chômage viendra de deux sources. La première est celle du retour de l’emploi dans les pays suite à la reprise des investissements. La seconde source concerne la réouverture des frontières libyennes à la main d’œuvre étrangère avec la fin du conflit et le recul du spectre de la violence.
Notre étude a montré trois types de résultats dans le domaine de l’emploi. Le premier résultat concerne notre pays qui va connaître un recul important du chômage au cours des cinq prochaines années qui pourra atteindre -6,07% en 2025 (Voir Tableau n°3).
Le second résultat est relatif aux pays de la région qui vont également bénéficier de cette dynamique, et vont également enregistrer une baisse du chômage suite à l’arrivée de grands mouvements de main d’œuvre en Libye.
Le troisième résultat concerne les autres pays et les autres régions qui ne constituent pas historiquement de grands fournisseurs de main d’œuvre pour le marché libyen. Cette situation ne changera pas de manière radicale avec la reconstruction de la Libye et la main d’œuvre en provenance de ces pays sera limitée et par conséquent son impact sur le chômage aussi.

La paix en Libye et le commerce extérieur
L’amélioration attendue de la situation économique suite à la paix de la Libye et le retour de la croissance vont avoir des effets positifs sur les échanges commerciaux.
Notre étude montre trois résultats majeurs. Le premier est que la Tunisie sera le principal bénéficiaire au niveau commercial du retour de la paix en Libye. Nos exportations à destination de la Libye vont connaître une croissance en moyenne annuelle de 308 millions de $ par rapport au scénario de référence qui est la poursuite du conflit. La croissance de nos exportations vers la Libye sera la plus importante parmi les pays de la région et pourrait enregistrer une augmentation annuelle moyenne de 3,59% entre 2021 et 2025
(Voir tableaux 4 et 5).
Nos importations vont connaître également une importante croissance au cours de la même période avec une moyenne annuelle de 6,31% (Voir tableau N°6). Cette croissance des importations vient répondre à la croissance des investissements et le développement de la demande sur nos produits suite au retour de la paix en Libye.
Ainsi, le retour de la paix en Libye sera à l’origine d’une plus grande effervescence économique et dynamique commerciale régionale dont tireront bénéfice nos entreprises qui les aideront à sortir de cette grave crise économique.
Le second résultat de notre étude concerne l’impact régional du retour de la paix en Libye avec le dynamisme commercial que vont connaître les pays de la région notamment le Soudan, l’Egypte et l’Algérie.
Le troisième résultat concerne l’impact commercial du retour de la paix sur les autres pays. Notre étude montre que les autres pays comme la Turquie et les pays européens, notamment la France et l’Allemagne, vont bénéficier de cette dynamique commerciale. Mais, le gain de ces pays sera moins important que celui des pays de la région. Ce résultat nous amène à réaffirmer notre hypothèse d’un effet d’éviction du fait de la fin du conflit en Libye. Cette nouvelle dynamique commerciale sera plus bénéfique aux pays voisins et va contribuer à un renforcement de la dynamique de coopération au sein de la région.
La fin du conflit en Libye va également avoir des effets sectoriels.

La paix en Libye et les effets sectoriels en Tunisie
 Nous nous sommes intéressés également dans cette étude à l’impact sectoriel du retour de la paix en Libye et nous nous limiterons dans cet article à la présentation des résultats concernant la Tunisie.
Notre étude montre que les effets sectoriels ne seront pas égaux et certains secteurs enregistreront des gains plus importants que d’autres. Au niveau de la production les secteurs céréaliers, les industries chimiques, les activités mécaniques et d’autres secteurs industriels seront parmi les grands bénéficiaires.
(Voir tableau N°7).
Nous sommes parvenus également aux mêmes résultats lorsque nous examinons les effets sectoriels pour les exportations qui ne sont pas distribuées de manière égale. Nos résultats montrent que les secteurs céréaliers, la production animale, les industries agro-alimentaires, les industries chimiques et les industries électriques et mécaniques sont parmi les grands bénéficiaires de cette nouvelle dynamique commerciale.
(Voir tableau N°8).
Le poids et l’orientation de ces effets vers des secteurs économiques bien déterminés sont significatifs de la nature des relations économiques entre la Tunisie et la Libye où ce que j’ai nommé l’effet diversification. Notre pays s’est lancé depuis l’indépendance dans un important processus de diversification de notre tissu économique pour construire un nouveau modèle de développement et rompre ainsi la domination coloniale. Ce nouveau modèle de développement était basé sur les activités industrielles. Notre étude montre que ce sont ces secteurs qui sont à la base de la diversification de notre économie et de son modèle de développement qui sont les plus grands bénéficiaires du retour de la paix en Libye.
Ces résultats soulignent une question essentielle qui concerne le rôle stratégique de la Libye dans la coopération et l’intégration régionale.

Le rôle stratégique de la Libye
Le retour de la paix en Libye sera à l’origine d’une grande effervescence économique et commerciale sans précédent au niveau régional. Le conflit et l’éclatement de la guerre en Libye ont eu des effets négatifs avec le recul de la croissance et des échanges commerciaux dans la région. Mais, le retour de la paix et le retour de la croissance confirment ce rôle stratégique de la Libye dans la région.
Pour comprendre ce rôle, il faut mentionner trois éléments essentiels. Le premier est d’ordre géographique et concerne la position stratégique de la Libye dans la région comme un point de passage entre l’Est et l’Ouest de l’Afrique du Nord. La Libye est également un point d’entrée entre le Nord et le Sud du continent africain. Cette position géographique a accordé à la Libye un rôle majeur dans la situation de la région. Les conflits et les soubresauts de la vie politique nationale en Libye dépassent le cadre des frontières de l’Etat-nation pour influencer l’ordre régional et les pays voisins. A ce niveau le retour de la paix en Libye permettra à l’ordre régional de sortir de la guerre et de l’insécurité pour construire une nouvelle coopération et un nouveau partenariat.
Le second élément qui explique le rôle stratégique de la Libye dans la région est lié à son potentiel économique et financier. Ces capacités ont permis à la Libye de devenir un acteur majeur dans la coopération et l’intégration régionale par le biais des investissements, du commerce et des mouvements de main d’œuvre.
Le troisième élément qui est à l’origine de cette importance de la Libye concerne la nature de l’économie libyenne. En dépit des tentatives de diversification, l’économie libyenne est restée fortement rattachée à l’industrie pétrolière. Cette spécialisation a ouvert de grandes possibilités de coopération économique et commerciale au niveau régional particulièrement avec l’Egypte et la Tunisie qui ont entamé des processus de diversification de leurs économies aux lendemains des indépendances.
Ces éléments expliquent la place stratégique de la Libye dans la coopération régionale. Ce rôle se met en place par le biais de trois effets importants. Le premier est l’effet croissance qui concerne l’extension du retour de l’effervescence économique en Libye et qui aura un effet d’entraînement sur l’ensemble des pays de la région.
Le second est celui que j’ai appelé l’effet d’éviction et qui montre que les pays voisins seront les plus importants bénéficiaires du retour de la paix et de la croissance économique en Libye. De ce point de vue, l’économie libyenne contribue à ce regain de la coopération et du partenariat régional.
Le troisième est celui de la diversification dans la mesure où la nouvelle dynamique économique en Libye va s’orienter principalement vers les secteurs qui sont au cœur du nouveau modèle de développement et des efforts de diversification de notre économie.
Cette nouvelle dynamique économique post-conflit doit nous amener à définir une nouvelle stratégie de coopération avec la Libye pour l’avenir.

Pour un nouveau partenariat stratégique entre la Tunisie et la Libye
Cette étude nous a montré les grandes perspectives que va ouvrir la fin du conflit en Libye et qui va renforcer la coopération régionale. A ce niveau, nous devons nous mettre à l’œuvre pour construire une nouvelle vision des rapports économiques en la Tunisie et la Libye. Cette nouvelle stratégie doit se baser sur quatre éléments essentiels. Le premier concerne la confiance qui doit être à la base de ces nouveaux rapports. Ces rapports de confiance passent par l’engagement des deux pays à défendre leurs intérêts stratégiques et à faire de la sécurité nationale du voisin une priorité commune que les deux pays doivent s’engager à défendre.
Le second principe de cette nouvelle coopération est l’engagement de réussir la transition démocratique dans les deux pays. Ces processus ont connu de grandes crises depuis les révolutions du printemps arabe. La fin du conflit en Libye et la sortie de la crise politique en Tunisie vont largement contribuer au renforcement des expériences démocratiques des deux pays.
Le troisième principe concerne la nécessité d’élever les intérêts stratégiques des populations des deux pays au-dessus de tous les autres et prendre les mesures audacieuses afin de garantir la liberté de circulation et d’installation dans les deux pays une réalité concrète et non pas une utopie difficile à atteindre.
Le quatrième principe concerne la nature de la coopération entre les deux pays. A ce niveau, il faut nous libérer d’une vision qui a prévalu chez certains par le passé et qui n’a envisagé cette coopération que du point de vue du gain immédiat. La nouvelle vision doit se fixer comme objectif les principes du partenariat et du bénéfice partagé qui doit s’inscrire dans la construction d’un partenariat stratégique entre les deux pays.
La fin du conflit est un développement majeur pour le peuple libyen qui permet de mettre fin à la guerre civile. Ce nouveau moment politique aura des conséquences qui dépasseront les frontières de l’Etat-nation en Libye pour renforcer la coopération politique, économique et sociale dans la région. Ce nouveau moment nous invite à définir une nouvelle stratégie qui fera de la coopération stratégique une réalité concrète et non plus un vœu pieux.

Lire aussi
commentaires
Loading...