La députée Amel Ouertatani charge Kaïs Saïed

La députée de Qalb Tounes, Amel Ouertatani a accusé “des responsables au sein de la présidence de la République de contacter des parties donatrices les invitant à ne pas accorder de crédit à la Tunisie”.
“Oui, le Président de la République Kaïs Saïed est au courant de tout cela, ajoute-t-elle dans son intervention à Houna Tounès, l’émission de radio Diwan FM, mercredi 14 avril. Saïed n’est pas franc; il est habité par son projet qu’il ne saura mettre en place qu’une fois détruites les institutions de l’Etat. C’est-à-dire après la dissolution du parlement et la chute du gouvernement. Son unique souci demeure de donner des leçons. Il essaie de dégrader l’atmosphère afin de faire chuter le pays.”
L’élue Ouertatani estime qu’on va inévitablement vers des combats de rues à la lumière de la profonde crise économique et des retombées de la pandémie du coronavirus. Une perspective nourrie par le blocage et le conflit latent opposant les organes de l’Etat, à l’en croire.
*”Aucun chantage exercée sur moi”
Répliquant aux accusations formulées par le porte-parole du parti, Mohamed Sadok Jabnoun portant sur un présumé chantage exercé contre les députés de Qalb Tounès,  elle a démenti ces allégations, assurant qu’elle n’a personnellement jamais fait l’objet d’un quelconque chantage ou pression.
“Nous possédons suffisamment d’intelligence, de sagesse et d’expérience pour ne laisser à personne le soin de nous racketter ou exercer des pressions sur nous. D’ailleurs, nous ne faisons pas l’objet de “dossiers” de nature à en laisser l’opportunité aux autres. Peut-être d’autres députés ont été victimes de cas de chantage. Toutefois, Yadh Elloumi, Chiraz Chebbi et moi-même n’avons jamais été confrontés à ce genre de situations”, a-t-elle conclu.
H.A.
Lire aussi
commentaires
Loading...