Kaïs Saïed épingle “ceux qui cultivent le terrorisme tout en feignant le combattre”

Le message est-il toujours codé ? Son destinataire va-t-il se reconnaitre, comme on dit ?
En tout cas, en recevant vendredi 5 mars les familles des victimes de l’agression terroriste il y a cinq ans contre la ville de Ben Guerdane qui a vécu le 7 mars 2016 une véritable épopée, le président de la République Kaïs Saïed a encore une fois pointé du doigt ceux qu’il qualifie de premiers responsables du terrorisme.
“Après chaque attentat, ils font semblant de pleurer et feignent le dénoncer et le combattre, donnant l’impression qu’ils sont contre le terrorisme, martèle Saïed. En réalité, ce sont eux-mêmes qui nourrissent et cultivent le terrorism. Beaucoup de gens commercialisent le discours de la crise pour parvenir au pouvoir, y compris en marchant sur les cadavres. Pourtant, la Tunisie a tous les moyens pour faire vivre dignement ses enfants. Tout le monde peut apercevoir à l’oeil nu les richesses dans les rues, là où vous allez, alors qu’ils parlent de crise et de misère. Nous combattrons le terrorisme et les terroristes, et tous ceux qui sont de connivence avec ce phénomène moyennant de misérables dons d’argent. Le terrorisme est aussi d’ordre intellectuel, et celui-là est le plus cruel, le plus ravageur et et le plus pernicieux. Il y a ceux qui veulent conditionner la situation, et baliser le terrain selon leur bon vouloir en s’appyant sur le terrorisme, au prix du sang des innocents. Que ces gens-là sachent que leur jeu n’est plus un secret pour personne, et que notre peuple s’opposera à leurs visées terroristes. Nous savons d’avance qu’ils vont par la suite venir pleurnicher et dénoncer. Mais cela ne peut plus passer. Malheureusement, ils préfèrent vivre dans les creux, tout simplement parce qu’ils ne connaissent pas le sens des responsabilités. Mais ils devront un jour rendre compte devant Dieu”, conclut le chef de l’Etat.
H.A.
Lire aussi
commentaires
Loading...