France: Le Pas-de-Calais confiné, 20 millions de vaccinés d’ici mi-mai 

Le reconfinement national toujours écarté, l’approche territorialisée toujours privilégiée. Jean Castex a tenu ce jeudi soir la traditionnelle conférence de presse faisant le point sur la situation sanitaire dans le pays. “Nous ne sommes pas confrontés, en tout cas pas à ce stade, à une hausse exponentielle de l’épidémie, comme certains modèles le prévoyaient”, a-t-il déclaré. La prudence reste de mise : “Le confinement n’est pas impossible, mais il n’est pas inéluctable”, a affirmé Jean Castex.
“Sur les sept derniers jours, le nombre de contaminations quotidiennes a augmenté de 1,4%, alors que ce même chiffre était de +14 % au cours de la semaine précédente”, t-il précisé. La situation sanitaire reste extrêmement fragile, et le variant anglais, plus contagieux, représente désormais plus de 60% des nouvelles contaminations selon le Premier ministre français qui a annoncé de nouvelles mesures sanitaires.
*Le Pas-de-Calais confiné
L’annonce était attendue. Le département du Pas-de-Calais sera confiné dans son intégralité le week-end, à partir de ce samedi à 8 heures, en raison d’une circulation accrue de l’épidémie de coronavirus, a confirmé Jean Castex.
“L’incidence y est en effet en progression très rapide”, à savoir de “23 % au cours des 7 derniers jours et dépasse dorénavant le seuil des 400 pour 100 000, soit presque deux fois la moyenne nationale”, a expliqué le Premier ministre en pointant aussi la saturation des services de réanimation, “au plus haut de tous les départements français”. “Les grandes surfaces commerciales non alimentaires de plus de 5000 m2 seront fermées” dans le département, a également ajouté Jean Castex.
*Trois nouveaux départements en surveillance renforcée
L’approche territorialisée se poursuit, pour éviter un reconfinement national. Le gouvernement a placé trois nouveaux départements, les Hautes-Alpes, l’Aisne et l’Aube, sous surveillance renforcée en raison de la progression du Covid-19, ce qui porte à 23 le nombre de départements sous ce statut.
“Trois autres départements (les Hautes-Alpes, l’Aisne et l’Aube) ont connu une progression telle depuis une semaine qu’ils ont franchi le seuil de 250 (cas positifs) pour 100 000 (habitants) et s’ajoutent donc à la liste des 20 départements placés sous surveillance renforcée”, a déclaré le Premier ministre. Il a ajouté que la vaccination va s’accélérer dans ces 23 départements, et demandé aux habitants de ne pas sortir “le plus possible” de leur département ou de leur région, “une règle de prudence”.
*Plus de fermetures de centres commerciaux dans les 23 départements
Les centres commerciaux non alimentaires de plus de 10 000 m2, et plus seulement ceux de plus de 20 000 m2 comme jusqu’à présent, seront fermés dans les “départements à risque” face à la progression du Covid-19, a annoncé Jean Castex. Cette fermeture sera effective à compter de vendredi soir.
*Renforcer la vaccination, objectif de 20 millions de personnes “piquées” d’ici mi-mai
La vaccination constitue toujours l’espoir de pouvoir reprendre une vie normale. Jean Castex a promis qu’au moins 20 millions de personnes seraient vaccinées d’ici mi-mai, soit tous les plus de 50 ans volontaires. “D’ici l’été, nous aurons reçu suffisamment de doses pour avoir proposé la vaccination à 30 millions de personnes, soit les deux tiers de la population de plus de 18 ans”, a ajouté le chef du gouvernement, alors que 3,2 millions de personnes ont pour l’instant reçu une première injection, et plus de 1,7 million ont été vaccinées avec deux doses.
La vaccination sera autorisée dans les pharmacies “à compter de la semaine du 15 mars” pour “les personnes ayant plus de 50 ans et présentant une comorbidité”, a-t-il aussi annoncé. Les patients concernés n’auront “pas besoin d’une prescription médicale” et pourront se rendre “directement en officine” pour y recevoir le vaccin AstraZeneca, a indiqué le Premier ministre, ajoutant que les personnes de 50 à 74 ans qui n’ont “pas de pathologie particulière” pourront se faire vacciner “à compter de mi-avril”.
Et lors que nombre de soignants restent réticents sur la vaccination, le Premier ministre français a appelé “solennellement” jeudi les personnels des résidences pour personnes âgées à se faire vacciner “très rapidement” pour permettre le retour d'”une vie sociale apaisée” dans ces établissements. Le ministre de la Santé Olivier Véran a précisé qu’environ 40% des personnels des Ehpad et 30% des soignants, en ville et à l’hôpital, avaient été vaccinés. “Clairement, ça ne suffit pas”, a affirmé le ministre, annonçant qu’il enverrait vendredi “une lettre à l’ensemble des soignants (…) pour les inciter très fortement à se faire vacciner”.
(L’Express)
Lire aussi
commentaires
Loading...