(Vidéo) Elles travaillent 12h et elles sont payées 10 dinars par jour : la souffrance des agricultrices de Oued Meliz

La situation des agriculteurs en Tunisie est déplorable à bien des égards : entre une météo très peu clémente – sécheresse – et un État qui leur tourne le dos, ils ne savent plus où donner de la tête et ils ont tant de mal à subvenir à leurs besoins. A Oued Meliz, relevant du gouvernorat de Jendouba, la situation est tout aussi désastreuse.
Le correspondant de Réalités Online dans la région, Mohamed Khazri, est parti à la rencontre des agriculteurs et des agricultrices sur les champs de pommes de terres et d’autres cultures. Ils lui ont fait part de leur désarroi et de leur détresse. “Nous connaissons un manque cruel d’eau. L’agriculteur de Oued Meliz souffre. Il n’y a pas d’ammonitrate, il n’y a pas d’eau pour les cultures. On ne peut vendre nos produits au marché de Bir Kasaa car on nous inflige constamment des PV. Où pourrait-on les vendre ? Et après, l’État importe des pommes de terre de Libye et d’Égypte”, a confié un agriculteur.
Présentes, aussi, dans les champs, plusieurs agricultrices ont confié qu’elles enchaînent jusqu’à 12h de travail par jour – de 5h à 17h – pour seulement 10 dinars, et ce à raison de 3 jours par semaine seulement. “L’État ne nous donne rien. Nos enfants sont obligés de ne pas aller à l’école. Dieu seul connait notre situation. Que peut-on faire avec 10 dinars ? On se débrouille comme on peut”, ont-elles confié au correspondant de Réalités Online.

  • Reportage et travail journalistique : Mohamed Khazri
  • Montage : Fakhri Khlissa

Lire aussi
commentaires
Loading...