Un variant tunisien de la COVID-19, vraiment ? L’avis de Sonia Ben Cheikh, ancienne ministre de la Santé

Les autorités sanitaires ont annoncé, depuis le 20 février 2021, qu’un “variant tunisien” de la COVID-19 a été détecté chez deux personnes : l’une étant jeune (17 ans) et qui se porte mieux, l’autre, âgée de 70 ans, est décédée au centre hospitalo-universitaire Mongi Slim à La Marsa (paix à son âme).
Mais peut-on réellement parler d’un variant tunisien du virus, comme c’est le cas avec le britannique et le brésilien ? Pour l’ancienne ministre de la Santé, Sonia Ben Cheikh, il est encore trop tôt d’évoquer une telle éventualité.
“Les explorations et le séquençage sont toujours en cours. On ne peut annoncer, directement, qu’un variant tunisien existe. Les explorations doivent se poursuivre autour des deux cas détectés, d’autant plus que le séquençage n’est pas encore terminé. C’est ainsi que nous pourrons déterminer le niveau de propagation de la mutation, et c’est à travers un mass-testing que nous pourrons voir ce qui se passe autour de ces deux cas”, a-t-elle déclaré dans un entretien accordé à Réalités Online, ajoutant qu’il faut attendre la confirmation des scientifiques tunisiens sur le sujet, qui font “un travail colossal et sérieux”.

A lire aussi :
(Vidéo) Retour au ministère de la Santé, « variant tunisien », retards dans les vaccins : Sonia Ben Cheikh nous dit tout

Lire aussi
commentaires
Loading...