Israël va indemniser les familles de bébés enlevés dans les années 1950

FILE PHOTO: Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu speaks during a visit to Leumit Health Care Services vaccination facility in Jerusalem where he meets the 4,000,000 person who had been vaccinated in Israel, February 16, 2021. Alex Kolomoisky/Pool via REUTERS/File Photo
Israël va indemniser les familles d’enfants, principalement yéménites, disparus dans les années qui ont suivi la création de l’État juif, a annoncé, lundi 22 février, le Premier ministre Benyamin Netanyahu.
L’affaire remonte aux années qui ont suivi la création d’Israël en 1948. Des milliers de bébés ont été enlevés à leurs parents biologiques, des immigrants d’origine yéménites et d’autres communautés juives du monde arabe. Les médecins affirmaient ensuite que ces bébés étaient morts de suite de maladie. Mais les corps n’étaient jamais rendus aux familles.
*Un des dossiers les plus « pénibles » du pays
Pour le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, c’est probablement un des dossiers les plus « pénibles » du pays. Depuis longtemps, des organisations des droits de l’homme parlent de discrimination raciale. On affirmait que les bébés avaient été remis en adoption à des familles d’origine occidentale en Israël et à l’étranger. Un épisode de la véritable guerre entre séfarades et ashkénazes qui se poursuit dans l’entité sioniste depuis la nuit des temps. Régulièrement, le sujet revient sur la table. Il y a eu aussi plusieurs commissions d’enquêtes sans que jamais la vérité sur cette véritable tragédie ne soit connue.
*40 000 euros
Le gouvernement israélien a donc décidé sans crier gare d’indemniser les familles des bébés disparus. Chaque famille ayant perdu un enfant dans ces circonstances recevra dans les 40 000 euros. Benyamin Netanyahu le reconnaît : l’argent ne va pas réparer la « terrible » et « insupportable souffrance » de ces familles. Mais l’opposition affirme qu’à un mois des législatives, il s’agit ni plus ni moins que de grossières manœuvres électoralistes
(RFI)
Lire aussi
commentaires
Loading...