Bartagi: « La situation sécuritaire est sous contrôle »

En marge d’une séance d’audition à la commission d’organisation de l’administration et des affaires des forces armées relevant de l’assemblée des représentants du peuple (ARP), jeudi 18 février, le ministre de la Défense, Brahim Bartagi a indiqué que son département n’avait pas l’intention de renouer avec les campagnes de recrutement pour le service militaire dans les lieux publics par force (les fameuses rafles).
« Ce serait un pas en arrière, et il n’est pas possible de revenir à des formes répressives et coercitives qui affectent les libertés, a-t-il insisté. Nous devons à présent plutôt encourager les jeunes à effectuer le service militaire de leur propre gré afin de développer chez eux le sens du patriotisme et les valeurs morales ».
Le ministre de la Défense a remarqué que la situation sécuritaire de la Tunisie est sous contrôle.
« Nos soldats sont répartis sur l’ensemble des frontières algérienne et libyenne, a-t-il relevé. L’armée s’emploie quotidiennement à contrecarrer la contrebande et le franchissement illégal du territoire tunisien. A cet effet, il y a une coordination totale entre toutes les unités militaires ».
Bartagi a poursuivi: «Nous avons une unité de surveillance électronique aux frontières sud-est avec la Libye et un fossé isolant. Tout cela nous aide sans conteste. De surcroit, l’amélioration de la situation en Libye nous laisse espérer que la pression sur nos unités militaires sera réduite. En tout cas, 24 heures sur 24, notre armée est fin prête, et les yeux sont ouverts pour vérifier quiconque s’approche de nos frontières. »
H.A.
Lire aussi
commentaires
Loading...