Après son limogeage, Olfa Hamdi se lâche

Écartée le matin de ce lundi 22 février 2021 de la direction générale de Tunisair, Olfa Hamdi est revenue sur les circonstances de son départ – selon sa propre version – dans un statut publié sur sa page Facebook. “J’étais sur le point d’annoncer un plan de sauvetage lors de la conférence de presse de 8h [qui a été annulée]. Le gouvernement, par le biais du ministère des Finances, a refusé le principe de sauver la Gazelle”, a-t-elle écrit.
Ce refus, poursuit-elle, a été justifié par le fait que l’État est actionnaire au sein de Nouvelair. “Ainsi, il n’est pas nécessaire de sauver Tunisair [selon le gouvernement]. Cela constitue une atteinte à un symbole de la souveraineté de l’État”, a-t-elle encore noté.
Alors qu’elle était sur le chemin du siège de Tunisair pour la conférence – vers 7h du matin -, Olfa Hamdi explique qu’elle a contacté le ministre du Transport pour s’informer sur les informations relatives à son limogeage. Le gouvernement a tenté de “la kidnapper”. “Heureusement que les sécuritaires et les bons éléments au sein de la compagnie m’ont prévenue par téléphone. Je ne suis donc pas tombée dans le piège […] A tous les journalistes que j’ai invités pour la conférence : je vous dois le respect et je suis désolée pour l’humiliation que vous avez subie durant mon absence aujourd’hui. La transparence, monsieur le ministre, est une composante essentielle de la responsabilité […] Le système actuel n’est qu’une tombe pour les jeunes et la femme”, a encore écrit Olfa Hamdi.

Sur le même sujet :

Lire aussi
commentaires
Loading...