Funérailles de Feu Meherzia Laabidi : la suprématie d’Ennahdha et l’inégalité dans la mort

Feu Meherzia Laabidi, paix à son âme, a finalement été enterrée ce dimanche 24 janvier 2021 à Nabeul. La cérémonie funéraire s’est déroulée dans une ambiance triste. C’est, en effet, une véritable perte pour la scène politique tunisienne, au-delà des considérations politiques et de l’appartenance à Ennahdha.
Et au-delà de tout, sans manquer de respect à l’âme de Feu Meherzia Laabidi, son décès a mis en lumière une certaine inégalité… devant la mort. Il existe, en effet, deux faits qui attirent l’attention. Mehezia Laabidi n’est pas la seule députée ayant été emportée par la COVID-19. Il y a, aussi, Mabrouk Khachnaoui, député de Qalb Tounes, qui a succombé à la maladie le 7 janvier 2021 (paix à son âme). Sa disparition n’a pas fait autant de bruit que celle de Meheriza Laabidi. On peut même dire qu’elle est passée presque inaperçue.
Autre fait marquant : durant les funérailles de Meherzia Laabidi, les consignes sanitaires ont été jetées aux oubliettes malgré la gravité de la situation. Des cetaines de personnes s’étaient rassemblées durant les funérailles. Et c’est sans compter le fait que le Chef du gouvernement, Hichem Mechichi, a lui-même porté le cercueil de la députée défunte d’Ennahdha au côté du Cheikh Rached Ghannouchi à son arrivée à l’aéport de Tunis-Carthage.
Comme nous l’avons souligné, il ne s’agit nullement de manquer de respect à l’âme de Meherzia Laabidi. Que le Créateur lui accord Son Infinie Miséricorde. Seulement, il faut, visiblement, être « pistonné » par Ennahdha même dans la mort pour que tout se passe bien. En Tunisie, nombreuses sont les familles qui ont été privées de faire un dernier adieu à un proche défunt à cause des consignes sanitaires et du contexte difficile… N’allons pas plus loin car nous devons, malgré tout, respecter nos morts. Jean-Paul Sartre avait fait preuve d’une infinie sagesse en affirmant dans Huis Clos : « l’enfer, c’est les autres ». Il parlait, en bon existentialiste, des vivants.
A bon entendeur.

Crédit photo des funérailles : Mosaïque FM.

Fakhri Khlissa

Lire aussi
commentaires
Loading...