Covid-19 : que sait-on des (rares) personnes ayant fait une réaction allergique grave au vaccin ?

04 January 2021, Israel, Jerusalem: A woman receives a Coronavirus (COVID-19) vaccine from medical personnel at a vaccination center in Jerusalem. Israel has vaccinated 1 million people, two weeks after the launch of its Covid-19 inoculation campaign. Photo: Ilia Yefimovich/dpa (Photo by Ilia Yefimovich/picture alliance via Getty Images)
Le vaccin à ARNm développé par Pfizer et BioNTech pour lutter contre le Covid-19 a provoqué quelques réactions allergiques sévères aux États-Unis. Quel est le profil des rares Américains qui en ont été victimes ?
Alors que la campagne vaccinale contre le Covid-19 est lancée depuis plusieurs semaines désormais dans le monde, le ministre français de la Santé, Olivier Véran a annoncé qu’il n’y avait eu qu’un seul cas d’allergie grave, “à l’issue favorable”, détecté en France après les 138 000 vaccinations contre le Covid-19.
Une fréquence rare, à l’image de ce que l’on peut observer à l’étranger. Aux États-Unis, les autorités sanitaires ont annoncé la semaine dernière avoir observé 21 cas d’allergies sévères liées au vaccin Pfizer sur les 1,89 millions de doses administrées au 23 décembre, soit une anaphylaxie toutes les 90 000 injections. Un taux plus élevé que celui observé en France mais qui reste toutefois très faible (0,001%). Aucune des personnes concernées par ces réactions graves n’est décédée.
*90% de femmes
Les autorités sanitaires américaines ont donné des informations sur les 21 personnes victimes d’anaphylaxie afin de tenter d’en savoir plus sur les raisons de ces réactions allergiques sévères. Sur ces 21 cas d’anaphylaxie, 19 ont été détectés chez des femmes, soit 90%. Ces 21 personnes avaient entre 27 et 60 ans, avec une médiane à 40 ans et 81% d’entre elles avaient déjà fait des réactions allergiques plus ou moins graves par le passé. Il faut également noter qu’en moyenne, ces réactions allergiques sont apparues 13 minutes après l’injection.
*Un tiers avait déjà fait une allergie grave
Les autorités américaines informent également que sur les 21 cas d’anaphylaxie, 7 avaient déjà fait au moins une anaphylaxie par le passé notamment suite à une piqûre de méduse, au vaccin contre la rage, à l’ingestion de noix ou encore à une prise de médicaments.
La présence dans le vaccin du polyéthylène glycol (PEG) pourrait être une des explications à ces quelques réactions allergiques observées. Il s’agit d’une substance utilisée dans plusieurs produits courants tels que le laxatif, le shampoing ou encore le dentifrice, mais elle n’avait jamais été employée dans un vaccin, comme le rappelle FranceInfo.
Sur son compte Twitter, l’épidémiologiste et doctorant en santé publique à l’Inserm (France), Thibault Fiolet note qu’il y a donc 11 anaphylaxies sur chaque million d’injections du vaccin Pfizer/BioNTech aux États-Unis, contre 100 anaphylaxies par million d’anesthésiés en France. Il rappelle également qu’il y a une anaphylaxie alimentaire tous les 5 jours en France, rappelant ainsi que ces chiffres d’allergies graves liées au vaccin restent très faibles.
Yahoo Actualités
Lire aussi
commentaires
Loading...