Prix du pain : l’idée de « génie » d’un député d’Al Karama pour remédier au chômage et à la pauvreté

Cela fait un bon bout de temps que les députés de la Coalition Al Karama ne nous ont pas « gâtés » avec leurs propositions révolutionnaires. C’est (enfin !) chose faite dans la soirée de ce vendredi 27 novembre 2020 lors des débats autour du projet de loi de Finances complémentaire au tire de l’année 2020.
Mondher Attia, député de la Coalition, a trouvé le moyen de remédier au chômage et à la pauvreté : augmenter le prix du pain pour le ramener à 500 millimes au lieu de 200. Selon l’élu, une telle décision – historique et audacieuse selon lui – permettra de financer de possibles allocations pour les chômeurs et pour les personnes dans le besoin.
Son raisonnement est étonnant : « Il anormal qu’un Tunisien achète un paquet de cigarettes à 10 dinars, un café à 4 dinars et, d’un autre côté, un pain à 250 ou 230 millimes ». Quoique, d’une certaine façon, cela n’a rien d’étonnant d’un député d’Al Karama compte tenu de leur penchants révolutionnaires.
Le député s’enfonce encore en affirmant que le Tunisien préfère accéder à de bons services sanitaires au lieu d’accéder à un pain abordable. Nous n’avons pas encore vu de propositions aussi loufoques.
Tout d’abord, le Tunisien n’a pas à faire ce choix évoqué par le député : il a le droit d’accéder à des soins de bonne qualité, au pain et à tout ce qui lui permet de vivre décemment. Par ailleurs, visiblement en manque d’idées, l’élu n’a pas pensé aux dépenses folles au sein des administrations relatives, par exemple, aux bons du carburant et à la gestion des véhicules administratifs. Il a, également, oublié qu’il est payé grassement, à l’instar de ses autres collègues d’Al Karama, pour animer le crique de l’ARP. D’ailleurs, en réaction à ses propositions, les internautes tunisiens ont adressé ces mêmes critiques.
Bref, c’était la perle du jour d’Al Karama. Ca nous a manqués.

F. K

Lire aussi
commentaires
Loading...