Levée du sit-in d’El Kamour : le point sur les accords conclus entre le gouvernement et les manifestants

Après un marathon qui dure depuis plusieurs semaines – sans compter celui qui a démarré en 2017 – un accord a finalement été trouvé pour Tatatouine au sujet du sit-in d’El Kamour. Celui-ci a été officialisé dans un communiqué publié dans la soirée du lundi 26 octobre 2020 et signé par le gouverneur de Tataouine, Adel Ouerghi. Il comporte plusieurs points.

L’entreprise de l’environnement et de la pépinière de Tataouine

  • Recrutement de 1000 agents dans la semaine qui vient en vue de permettre à la production de redémarrer
  • Des commissions locales seront chargées d’examiner les candidatures

L’emploi dans les entreprises pétrolières et celles qui sont actives dans le Sahara

Sur ce point, la délégation gouvernementale a proposé des recrutements possibles en fonction des projets et des investissements prévus pour les prochaines années, à savoir 2020, 2021, 2022 et 2023. Dans ce contexte, des contrats à durée indéterminée seront proposés, en plus de contrats à durée déterminée qui prendront fin avec la fin des investissements et la concrétisation des projets.
« Les entreprises pétrolières traversent des difficultés causées, notamment, par la baisse du cours du pétrole, par la baisse des explorations et par la crise sanitaire. Toutefois, elles se sont engagées dans un programme de responsabilité sociétale qu’elles continueront à soutenir en vue de créer des emplois directs et indirects. Il s’agit, également, de renforcer le tissu économique de la région [Tataouine] et ce à travers la création d’entreprises capables de créer des emplois dans le domaine des services pétroliers et de la matière première. Dans ce même contexte, 1000 emplois seront créés à travers la création d’entreprises. Ces dernières seront lancées grâce à des crédits octroyés par la Banque Tunisienne de Solidarité, ainsi que par la BFPME (Banque de Financement des PME). Enfin, aucune poursuite judiciaire ne sera appliquée contre les manifestations pacifiques. D’un autre côté, la délégation qui représente Tataouine s’est engagée à lever le sit-in et à ne pas prendre en otage les richesses nationales pour une quelconque autre manifestation », lit-on dans le communiqué.

Lire aussi
commentaires
Loading...