Le DG de Misk Fm revient sur les contradictions dont souffre la station radio

Plusieurs auditeurs de la station radio Misk Fm ont relevé, le jeudi 22 octobre, l’interruption soudaine des ondes de bande FM. Après plusieurs interrogations et une interruption de 26 heures, l’antenne de Misk était rétablie dimanche 25 octobre. Une information confirmée par Mehdi Ahmadi, DG de la radio, dans un post publié sur son compte Facebook.

« Nous avons rétabli l’antenne et je remercie personnellement l’Office national de télédiffusion pour leur compréhension. Pour beaucoup de nos auditeurs l’expérience fut pénible. Elle le fut pour nous aussi » a déclaré le responsable.

Par ailleurs, Ahmadi est revenu sur plusieurs contradictions dont souffre la station radio, en l’occurrence, un manque d’engouement de la part des annonceurs, malgré les chiffres honorables : « Elle jouit d’une notoriété et d’une fidélité incroyable de la part de ses auditeurs, notre player streaming fait une moyenne quotidienne de 90 000 connexions/jour (Merci au meilleur sondeur, statisticien du monde qui vient au moins contredire les études approximatives, j’ai nommé Google Analytics) et souffre du manque d’engouement des annonceurs… « .

Il ajoute que « Misk repose sur une seconde contradiction : Des chefs d’entreprises, de Holdings, des directeurs marketing de grandes marques, de média planneurs qui « n’écoutent que Misk » et qui ne communiquent pas chez nous… Leurs arguments : fréquence unique, pas de produit culturel sur lequel communiquer, calcul du GRP… »

« Si les grands annonceurs ne communiquent que sur le top 10 national en terme d’audience, tant que nous n’avons qu’une seule fréquence, ils ne communiqueront jamais chez nous.
Misk n’est pas différente des autres médias dans le sens où sa survie dépend du marché publicitaire.
Tant qu’il n’y aura pas une prise de conscience concernant ce point, nous risquons de souffrir » a déploré Mehdi Ahmadi, avant de conclure : « Je n’écoute que Misk c’est bien, communiquer sur Misk, c’est mieux, c’est même vital ! « .
Lire aussi
commentaires
Loading...