Gestion de la crise sanitaire et dette publique : ces chiffres qui font froid dans le dos

En examinant le projet de loi de Finances 2021, on se rend déjà compte des difficultés qui attendent les finances publiques. Le membre de la commission parlementaire des Finance, Faycel Derbel, est justement revenu sur ces points, en plus des dépenses folles qui ont été engagées en Tunisie durant la crise sanitaire liée au nouveau coronavirus (SARS-CoV-2 ou COVID-19).
La dette publique, selon le député, atteindra 19 milliards de dinars en 2021. « L’État n’est plus capable de couvrir ses dépenses par le biais du marché local. Ce dernier lui a seulement fourni 2,9 milliards de dinars », a-t-il précisé dans Klem fi Business – Shems FM – dans la soirée du mardi 20 octobre 2020.
Au sujet de la crise sanitaire, les chiffres dévoilés par Faycel Derbel laissent planer le doute au sujet de leur bonne gestion. Au total, selon le député, 935 millions de dinars ont été dépensés pour faire face à la crise. Dans une autre émission sur Mosaïque FM, Faycel Derbel a révélé que des dons ont été accordés de la part du Koweït et de l’Union Européenne (UE) pour faire face à la crise. Or, nous n’avons jamais entendu parler de ces dons. D’un autre côté, Derbel a indiqué que les dépenses publiques ont augmenté de 4,5 milliards de dinars durant la crise sanitaire. Pour leur part, les recettes de l’État ont enregistré un manque-à-gagner de 5,8 milliards de dinars. « Il est difficile, compte tenu de tous ces éléments, de contracter des crédits de la part du Fonds Monétaire International (FMI), voire impossible », a encore souligné le député.

A lire aussi :

Lire aussi
commentaires
Loading...