Deguiche: « L’indépendance du sport par rapport au pouvoir politique n’est pas un chèque en blanc autorisant de mettre le feu au pays ! » 

Pour la première fois, les autorités du pays évoquent la possibilité de la dissolution du bureau de la fédération tunisienne de football.
Répondant lundi aux interrogations des députés à l’assemblée des représentants du peuple, le ministre de la Jeunesse, des Sports et de l’Intégration professionnelle, Kamel Deguiche a parlé d’un sujet qui n’est pas tabou, mais qui a fini par le devenir sur la bouche des frileux apôtres de la « Fazzaâ » (la menace) de la FIFA, et qui n’ont eu de cesse de rabâcher l’argument des possibles sanctions que risque de prendre la fédération internationale.
« Notre intervention s’appuie sur l’article 21, soit les cas de manquement ou de mauvaise gestion, a dit le ministre. Le pouvoir politique n’intervient pas dans les aspects techniques inhérents à la fédération. Toutefois, l’indépendance du sport par rapport au pouvoir politique n’est pas un chèque en blanc en vue d’allumer le feu dans le pays et nourrir les discours régionalistes. Le conflit FTF-CS Chebba a eu des conséquences incontestables sur l’ordre public. C’est pourquoi nous avons à plusieurs reprises invité la fédération à appliquer l’article 15 des règlements qui appelle à tenir une assemblée générale ordinaire. Les clubs diront si le Croissant Sportif Chebbien doit être gelé ou pas. En effet, une décision de gel prise par une fédération n’est jamais définitive, et doit être confirmée par une AG des clubs ».
Le ministère a saisi la FTF depuis vendredi 23 octobre, lui donnant des délais de trois jours pour lui répondre.
« Autrement, la tutelle est prête à appliquer le règlement », a prévenu Deguiche devant les élus de la nation.
H.A.
Lire aussi
commentaires
Loading...