POUR LIRE NOTRE MAGAZINE EN PDF CLIQUER ICI

Les médias tunisiens de l’après-2011 en débat

Il est clair que le secteur médiatique en Tunisie a connu une mutation considérable depuis le soulèvement du 14 janvier 2020. Les réseaux sociaux, dans ce contexte en ébulition, ont été au coeur du processus qui a transofrmé les médias traditionnel. Quels sont ces changements ? Dans son ouvrage, « Médias et recompositions politiques dans la Tunisie post-Ben Ali », Enrique Klaus enseignant-chercheur à la Faculté de communication de l’université Galatasaray (Istanbul, Turquie).
La fuite de Ben Ali a ouvert une séquence politique inédite dans l’histoire de la Tunisie. Pour analyser ce changement majeur, de nombreux travaux ont insisté sur le rôle des réseaux socionumériques. Progressivement, la vulgate d’une « révolution Facebook » s’est cristallisée, censée rendre compte des dynamiques de cette période, passant sous silence ou minorant les recompositions à l’œuvre dans les médias tunisiens depuis 2011.
Or, les médias « traditionnels » ont été le théâtre de reconfigurations significatives qui se sont traduites par une évolution du droit encadrant la parole publique, par une augmentation du nombre de titres de presse et d’opérateurs audiovisuels, mais aussi, par des expérimentations quant au rôle du journalisme.
Cet ouvrage tente de faire la lumière sur ces changements dans le secteur médiatique à un moment charnière de l’histoire de la Tunisie. Il réunit huit contributions originales réparties en deux grands axes. Le premier vise à mettre en perspective historique et épistémologique la question des médias et de leurs rôles dans les changements de régime politique. Le second réunit des études de cas sur différents secteurs des médias tunisiens. Ainsi, cet ouvrage traite tout à la fois du secteur audiovisuel et de sa régulation, de la presse écrite, de l’information d’agence, mais également des pure players de l’information numérique et de la presse satirique en ligne. Adossée aux considérations épistémologiques et théoriques de la première partie, la lecture croisée de ces études de cas donne une intelligibilité nouvelle aux réagencements entre médias et politique lors d’une séquence de changement politique.

(avec communiqué)

Lire aussi
commentaires
Loading...