POUR LIRE NOTRE MAGAZINE EN PDF CLIQUER ICI

Bassem Loukil : « Il faut atténuer l’impact de la crise du COVID-19 sur les économies africaines »

Initialement prévue du 1er au 7 septembre prochain à Kigali, la capitale rwandaise, la foire commerciale intra-africaine IAFT2020 a été reportée au mois de septembre 2021 en raison de la propagation de la pandémie du Coronavirus sur le continent.

Selon les membres du conseil consultatif de la IAFT, ce report est une opportunité pour les Etats de concentrer leurs efforts à la lutte contre cette maladie. Ils précisent également que cet événement sera organisé du 6 au 12 septembre 2021.

Néanmoins, étant donné que les organisateurs de cette foire veulent proposer des solutions afin d’atténuer l’impact de la crise sanitaire dû au COVID19 sur les économies africaines et de stimuler le commerce intra-africain après cette pandémie et afin d’encourager les investisseurs africains à s’inscrire d’ores et déjà à cette 2éme édition, ils viennent d’organiser un colloque virtuel.

Ce colloque a vu la participation de deux panelistes experts dans le monde des affaires en Afrique dont le Tunisien Bassem Loukil.

Il a rappelé que cette pandémie a changé le monde tel que nous le connaissons en quelques semaines. Les relations et connexions habituelles ont été freinées de manière inattendue avec l’arrêt de la production, la suspension du trafic aérien et la fermeture des frontières.

Il a indiqué que toutes les entreprises quelles que soient leurs tailles ont été affectées et que les entrepreneurs ont dû changer de mode de fonctionnement en un temps très limité.

Loukil a ajouté dans ce sens : « Pour sauver le monde de la pandémie de la Covid-19, il a fallu sacrifier l’économie. Voilà la situation redoutable que les décideurs de tous les pays ont à affronter. La crise engendrée par cette pandémie ne ressemble à aucune autre. Elle a commencé par un choc de l’offre – la production a chuté alors que les travailleurs restaient chez eux – et a été suivi d’un choc de la demande alors que les revenus diminuaient.

L’homme d’affaires a souhaité que les entreprises africaines soient soutenues par les gouvernements respectifs de leur pays proposant l’application de nombreuses solutions urgentes dont :

-Diminuer ou accorder un report d’imposition aux secteurs affectés

-Accroître la liquidité et l’offre de crédits aux entreprises.

-Accroître la liquidité aux banques

-S’assurer que les politiques monétaires répondent aux conditions des marchés extrêmes.

-Laisser jouer les stabilisateurs monétiques et renforcer l’investissement public.

Lire aussi
commentaires
Loading...