Mechichi : Le prochain gouvernement sera celui de compétences indépendantes par excellence

Le chef du gouvernement désigné, Hichem Mechichi a annoncé, dans un point de presse tenu ce lundi 10 août 2020, l’instauration d’un gouvernement de compétences indépendantes par excellence.
Un gouvernement qui sera capable, selon Mechichi, d’effectuer des réformes économiques et sociales ainsi que de répondre aux attentes des citoyens et à leurs exigences loin des tiraillements politiques.
Dans ce sens, Hichem Mechichi a relevé des divergences entre les protagonistes politiques rendant impossible de parvenir à une composition politique assurant un minimum de stabilité dans le pays.
Ainsi, pour Mechichi, la priorité était de former une équipe gouvernementale efficace prête à enrayer l’hémorragie des finances publiques, à assainir le climat d’investissement ainsi qu’à préserver les acquis du secteur public.
Le prochain gouvernement doit, par ailleurs, améliorer le pouvoir d’achat aussi bien que soutenir les catégories démunies et marginalisées tout en garantissant la suprématie de la loi.
Et de soutenir que les concertations gouvernementales se poursuivront en interagissant positivement avec les partis politiques ainsi qu’en faisant primer l’aspect économique et social.
Entre ceux qui appellent à instaurer un gouvernement de compétences non partisanes, ceux qui prônent un gouvernement politique de quotas partisans, ceux qui sont pour l’élargissement des concertations et ceux qui soutiennent l’exclusion de certaines parties, les diverses pressions fusent et la tâche qui se présente au chef du gouvernement désigné, Hichem Mechichi n’est pas des moindres à deux semaines du délai fixé à la formation du gouvernement.
Toutefois, par le biais de cette décision, Mechichi a rejeté les propositions partisanes notamment celle d’Ennahdha appelant à la formation d’un gouvernement politique d’union nationale qui correspond à la représentativité partisane au sein du Parlement.
Le parti islamiste avait, par ailleurs, réitéré son rejet d’un gouvernement de compétences indépendantes soulignant qu’il faut tirer des leçons de l’échec des gouvernements de Habib Jemli et d’Elyes Fakhfakh.
Et de relever l’importance de respecter les résultats des urnes en assurant une majorité parlementaire capable d’instaurer les grandes réformes.
Un gouvernement sans Ennahdha ou encore sans Qalb Tounes dont la participation au gouvernement à été exigée par le parti islamiste risque de ne pas passer à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP). Ainsi, le prochain gouvernement de Mechichi pourrait ne pas atteindre le quorum sous l’hémicycle du Bardo et être, de ce fait, rejeté comme celui de Habib Jemli.
Si ce scénario a lieu, Kaïs Saïed aura la prérogative de dissoudre le Parlement et appeler à des élections législatives anticipées pouvant, éventuellement, chambarder tout le paysage politique en place.
Les grands partis représentés par une majorité parlementaire y compris Ennahdha et Qalb Tounes, voteront-ils en faveur d’un gouvernement dont ils ne feront pas partie rien que pour maintenir leurs sièges à l’Assemblée?

Lire aussi : 

Concertations – gouvernement : le programme des rencontres de ce lundi
Tarek Cherif pour un gouvernement de technocrates restreint
Ahmed Karam discute de la stabilité gouvernementale avec Hichem Mechichi
Abbou : Non à l’extorsion de l’Etat !
Karoui : Mechichi ne reproduira pas les erreurs du gouvernement précédent
Le PDL décline l’invitation de Mechichi aux concertations gouvernementales
Makhlouf : Nous sommes ici pour gouverner !
Maghzaoui : Un gouvernement sans Ennahdha est envisageable
Mliki: « Non à l’extorsion du gouvernement par le parlement, non à l’extorsion du parlement par le gouvernement ! ».
Chahed : Le gouvernement de Mechichi saura enrayer l’hémorragie
Jebali : Aucun portefeuille ne m’a été proposé au sein du prochain gouvernement
Les propositions de Foued Mebazaâ et Mohamed Ennaceur à Hichem Mechichi
Habib Essid : Les compétences sont cruciales dans la constitution du nouveau gouvernement
Noureddine Taboubi appelle à accélérer la formation du prochain gouvernement
Ennahdha rejette un gouvernement de compétences indépendantes
Majoul : La crise économique actuelle exige un gouvernement de salut

Lire aussi
commentaires
Loading...