POUR LIRE NOTRE MAGAZINE EN PDF CLIQUER ICI

L’accord égypto-grec met en boule la Turquie

L’Égypte et la Grèce ont signé un accord créant une zone économique exclusive commune dans l’est de la Méditerranée, riche en pétrole et en gaz, avaient annoncé jeudi les ministres des Affaires étrangères des pays lors d’une conférence de presse conjointe au Caire.  « Cet accord permet aux deux pays d’avancer dans la maximisation de l’utilisation des ressources disponibles dans la zone économique exclusive, en particulier des réserves de pétrole et de gaz prometteuses », a déclaré le ministre des Affaires étrangères Sameh Shoukry lors du presser avec Nikos Dendias, son homologue grec.  L’accord aidera également l’Égypte à lancer davantage d’appels d’offres pour l’exploration d’hydrocarbures dans la zone riche en gaz naturel, a déclaré hier le porte-parole du ministère du Pétrole, Hamdy Abdel Aziz.
L’objectif: contenir la Turquie.  La délimitation de la zone économique Égypte-Grèce ignore l’accord signé entre la Turquie et la Libye l’année dernière pour une zone maritime commune.  Les diplomates grecs ont affirmé que le pacte de jeudi annulait l’accord Turquie-Libye, et Dendias n’a pas mâché ses mots au presseur, affirmant que c’était «l’opposé absolu du protocole d’accord illégal, nul et juridiquement infondé» entre la Turquie et Tripoli, qui «a pris fin  là où il appartenait depuis le début: dans la poubelle. »
Ankara ne reconnaît pas le pacte Égypte-Grèce: le ministre turc des Affaires étrangères a qualifié l’accord égypto-grec de «nul et non avenu», affirmant qu’il enfreignait le plateau continental turc et violait les droits maritimes de la Libye – ajoutant qu’Ankara n’autoriserait pas l’activité  dans la zone.  Le porte-parole du ministère égyptien des Affaires étrangères, Ahmed Hafez, a déclaré sur Twitter que les commentaires de la Turquie étaient «étranges» étant donné qu’elle n’avait pas réellement vu l’accord.
La Turquie explore à nouveau l’énergie dans l’est de la Méditerranée, a déclaré vendredi le président Erdogan, déclarant aux journalistes que «nous ne nous sentons pas obligés de parler avec ceux qui n’ont pas de droits dans les zones de juridiction maritime».  Ankara avait accepté le mois dernier de suspendre ses efforts d’exploration gazière et de s’entretenir avec la Grèce.
Les Émirats arabes unis ont salué le pacte gréco-égyptien: le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Cheikh Abdullah bin Zayed Al Nahyan, a félicité Shoukry pour la signature du dernier accord, affirmant qu’il «représente une étape importante qui reflète les efforts de l’Égypte et de la Grèce pour renforcer les fondements de la stabilité  dans la région de la Méditerranée orientale ».  Le ministre des Affaires étrangères des Emirats, Anwar Gargash, a également déclaré que «la signature de l’accord de démarcation de la frontière maritime entre l’Égypte et la Grèce est une victoire du droit international sur la loi de la jungle».

Lire aussi
commentaires
Loading...