POUR LIRE NOTRE MAGAZINE EN PDF CLIQUER ICI

Explosion de Beyrouth : le drame aurait pu être évité !

Et si le drame de Beyrouth pouvait être évité ? La terrible explosion qui a retenti dans la capitale libanaise mardi 4 août 2020 a fait plus d’une centaine de morts, des milliers de blessés et des milliers de sans-abris. Et si tout cela pouvait donc être évité ? Une source proche de l’enquête, qui s’est confiée à l’agence Reuters, a laissé entendre qu’il était possible d’éviter le drame. Explications.

L’origine de l’explosion de Beyrouth était une cargaison de nitrate d’ammonium. Celle-ci, en fait, a été saisie à bord d’un navire appartenant à un oligarque russe qui se trouve actuellement en Chypre. Le cargo, arrivé en 2013 au Liban, avait même été qualifié de « bombe flottante ». La douane libanaise a saisi le bateau en octobre 2013. Le propriétaire a donc fini par abandonner son propre navire après cette saisie, y compris l’équipage.
La cargaison – composée de nitrate d’ammonium – a alors été stockée dans un entrepôt du port de Beyrouth. Or, cette substance, si les conditions de stockage sont mauvaises, peut être très dangereuse, voire explosive. Et nous avons, malheureusement, eu la preuve mardi 4 août 2020.
En d’autres termes, pendant 6 ans, la cargaison de nitrate d’ammonium a été conservée dans des conditions déplorable. Nombreuses ont été les requêtes qui ont été formulées en vue de détruire ces stocks mortels. D’après le Directeur général de la douane libanaise, Badri Daher, qui s’est exprimé sur la chaîne locale LBCI, la douane a envoyé 6 documents à la Justice pour la mettre en garde contre le danger qui guette le Liban à cause de cette substance. « S’il n’était pas déplacé [le nitrate d’ammonium], il ferait exploser tout Beyrouth », a affirmé le chef de la douane en citant une précédente mise en garde. Et c’est donc ce qui s’est passé hier.
Qu’en est-il, dans ce contexte, du côté russe ? L’ambassadeur de Russie au Liban, Alexandre Zasypkine, a assuré que ce qui s’était passé constitue une violation flagrante de la sécurité. Il a aussi appelé à éviter « de s’engager dans des spéculations politiques concernant cette affaire ». Le diplomate russe considère que le drame reflète les lacunes du Liban, ainsi que les problèmes des structures gouvernementales.
Le mal, désormais, est fait et le prix a été très élevé : des centaines de vies humaines éteintes, des milliers de blessés, des milliers de sans-abris et des Libanais traumatisés… Les autorités libanaises ont promis que les responsables de ce drame vont rendre des comptes. Espérons qu’elles tiendront parole.

F. K

Lire aussi
commentaires
Loading...