POUR LIRE NOTRE MAGAZINE EN PDF CLIQUER ICI

Soupçons de conflit d’intérêts autour d’Elyes Fakhfakh : Le PDL refuse d’adhérer à la Commission d’enquête

Le bureau de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) a délibéré des candidatures des députés, présentés par les blocs parlementaires, à la Commission chargée de l’enquête sur les soupçons de conflit d’intérêts visant le chef du gouvernement, Elyes Fakhfakh.

Les élus en question se présentent ainsi comme suit :
-Bloc Ennahdha : Fayçal Derbel, Bechr Chebbi, Jamila Debbeche, Moussa Ben Ahmed et Farida Laâbidi.
-Bloc Qalb Tounes : Amel Ouertatan, Iyadh Elloumi, Mohamed Ahmed Dalhoumi et Jaouhar Mghirbi.
-Bloc de la Coalition d’Al Karama : Mondher Attia et Yosri Dali.
-Bloc de la Réforme nationale : Hatem Mensi et Jalel Zayati.
-Bloc Al Mostakbal : Issam Bargougui.
-Indépendant : Imen Bettaïeb.

Signalons que le bloc du Parti destourien libre (PDL) présidé par Abir Moussi a refusé de faire partie de cette Commission alors que le Bloc démocrate a contesté le calcul de la représentativité des blocs parlementaires au sein de la Commission en question. De ce fait, il n’a présenté aucun nom.

Rappelons qu’en début de la plénière consacrée à l’évaluation des cent premiers jours de l’action gouvernementale tenue le 25 juin dernier, le chef du gouvernement s’est directement attaqué à la polémique concernant un conflit d’intérêt dont il fait l’objet.
Il s’est adressé à ses détracteurs en assurant qu’il a toujours travaillé en toute transparence et intégrité et lutté contre la corruption. Il leur a dit, ainsi, que tous ceux contestant sa crédibilité peuvent toujours espérer.
Fakhfakh a, dans ce sens, décidé de céder volontairement toutes les actions qu’il détient dans les entreprises à l’origine de la polémique affirmant qu’il n’a jamais enfreint la loi et promettant de démissionner s’il s’avère autrement.

Le Conseil de la Choura d’Ennahdha avait, pour sa part, affirmé que le soutien du parti islamiste à Elyes Fakhfakh dépendra des résultats de l’enquête sur les soupçons de corruption et de conflit d’intérêts le concernant alors que d’autres parties à l’instar de Qalb Tounes et de l’UPR ont appelé Fakhfakh à démissionner.
L’ancien chef du gouvernement, Ali Laârayedh avait souligné que l’appui d’Ennahdha au gouvernement Fakhfakh s’est initialement basé sur le document ayant régi la composition du gouvernement et dont les principaux axes portaient sur la lutte contre la corruption aussi bien que l’importance de la stabilité politique et sociale du pays.

Lire aussi : 

Harouni: « Ennahdha croit toujours à un gouvernement d’unité nationale »
Qalb Tounes attaché au retrait de confiance à Elyes Fakhfakh
Fakhfakh: Le gouvernement traite toujours les demandes de crédits des entreprises touchées par la crise
Elyés Fakhfakh: « Je céderais volontiers les participations que je détiens dans ces entreprises »
Iyadh Elloumi à Fakhfakh: votre société a-t-elle fait don au fonds de lutte contre le Covid-19 ?

 

Lire aussi
commentaires
Loading...