POUR LIRE NOTRE MAGAZINE EN PDF CLIQUER ICI

Mongi Marzouk tire la sonnette d’alarme

Le ministère de l’Energie, des Mines et de la Transition énergétique a rendu public un communiqué officiel, le 30 juillet 2020, signé par le ministre Mongi Marzouk et intitulé « Communiqué très important ».
Dans ce communiqué, Marzouk a appelé à cesser d’urgence tous les mouvements de protestations entravant la production d’énergie et bloquant les secteurs stratégiques de l’Etat notamment dans ce contexte marqué par la propagation du Covid-19.
Mongi Marzouk a, par ailleurs, relevé que les fournisseurs de gaz aux échelles nationale et internationale commencent à menacer d’arrêter d’approvisionner le pays ou encore à poursuivre les autorités tunisiennes devant la justice vu que les montants dus n’ont pas été payés.
Le département a, également, assuré que c’est le sit-in d’El Kamour qui contribue à l’aggravation de la crise énergétique actuelle en bloquant la production pétrolière et du gaz au Sud tunisien.
Il a été, de surcroît, question d’appeler à l’unité afin d’éviter « le pire scénario et les menaces existants» rappelant que le ministère actuel a traité depuis le début de sa mission les diverses situations économiques et sociales positivement et en toute transparence.
Le département a, aussi, tenté d’assurer l’approvisionnement du marché local en ses besoins énergétiques et ce même dans les pires conditions, selon le même communiqué.
Rappelons que la Coordination d’El Kamour dans le gouvernorat de Tataouine avait décidé de recourir à l’escalade à partir du 9 juillet 2020 et ce en fermant l’unité de pompage du pétrole ainsi que de toutes les voies menant aux sociétés pétrolières dans la région.
Pour sa part, l’Union régionale du travail de Tataouine avait mis en garde contre l’intervention sécuritaire et le recours à la violence face aux mouvements de protestations dans le gouvernorat.
L’URT avait, également, appelé le gouvernement à tenir un Conseil ministériel afin de fixer les mécanismes d’application de l’accord d’El Kamour.
Notons que la Coordination d’El Kamour avait rejeté les décisions gouvernementales annoncées en faveur du gouvernorat de Tataouine. Un gouvernorat secoué jusqu’à récemment par des manifestations dénonçant la marginalisation dont souffre la région.
Les revendications de ces manifestants consistent, essentiellement, à embaucher 1500 chômeurs dans les sociétés pétrolières et 500 autres au sein de la société de l’environnement, de plantation et de jardinage de Tataouine.
Les protestataires d’El Kamour réclament, de surcroît, le déblocage de 80 millions de dinars annuellement consacrés à l’investissement et à l’emploi.
La Coordination avait, par ailleurs, annoncé de nouvelles mesures d’escalade destinées à faire pression sur le gouvernement ainsi que sur les compagnies implémentées dans la région afin de mettre en application les points évoqués dans l’accord d’El Kamour.
Il est à signaler qu’un Conseil ministériel restreint présidé par le chef du gouvernement de gestion des affaires courantes, Elyes Fakhfakh a décidé de ces mesures suivantes en faveur du gouvernorat de Tataouine :
-Recrutement de cinq cent agents avant fin 2020 répartis sur la station de pompage de Tataouine, sur le projet de la centrale de production d’électricité à partir de l’énergie renouvelable solaire photovoltaïque à Borj Bourguiba ainsi que sur l’appui de l’autorité locale afin de fournir des ressources humaines pour le gouvernorat.
-Appui du développement régional, résolution du problème du financement bancaire des projets (facilitation des procédures/accompagnement des bénéficiaires) et exécution immédiate de plus de soixante projets approuvés.
-Accélération de l’allocation de 1,2 millions de dinars supplémentaires par la Banque tunisienne de solidarité (BTS) au profit des associations des petits prêts dans le gouvernorat de Tataouine.

Lire aussi :

Tataouine : réunion attendue entre des ministres et les sit-inneurs d’El Kamour
Tataouine : Les protestataires d’El Kamour fermeront la station de pompage du pétrole
Mongi Marzouk accuse la Fédération de l’électricité et du gaz de nuire au secteur énergétique

Lire aussi
commentaires
Loading...