POUR LIRE NOTRE MAGAZINE EN PDF CLIQUER ICI

Mohsen Marzouk appelle à instaurer un gouvernement non partisan

Le président de Machrouû Tounes, Mohsen Marzouk a souligné la nécessité de modifier radicalement le système électoral avant de procéder à la dissolution de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) et aux élections législatives anticipées.
Dans un statut Facebook datant de ce vendredi 17 juillet 2020, Marzouk a assuré que la solution réside dans l’instauration d’un nouveau système soulignant l’inefficacité d’un gouvernement de quotas partisans dans ce paysage politique tendu.
Mohsen Marzouk a appelé, ainsi, à mettre en place un gouvernement non partisan afin de remédier au système politique raté et corrompu.
Signalons que Mohsen Marzouk est pour l’instauration d’une troisième République et la réforme du système politique en place en adoptant un régime parlementaire ou bien présidentiel et en amendant la loi relative à l’organisation des partis politiques.
La révision de la loi électorale puis sa soumission au référendum à travers le président de la République, la dissolution du Parlement aussi bien que la réorganisation des élections législatives anticipées font, de surcroît, partie des caractéristiques d’une troisième République.
Mohsen Marzouk a, par ailleurs, relevé l’importance de l’organisation d’une conférence nationale de sauvetage qui verra la participation de cinq partis de la famille démocrate à savoir Machrouû Tounes, Afek Tounes, Béni Watani, le Mouvement démocratique ainsi que le parti Al Amal.
Les organisations nationales à savoir l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) aussi bien que l’Union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (Utica) prendront, également, part à cette conférence. Le chef de l’Etat, Kaïs Saïed est, aussi, appelé à y participer.
Il est à noter que les présidents des partis politiques, des coalitions et des blocs parlementaires sont appelés à présenter leurs candidats à la présidence du gouvernement au chef de l’Etat, Kaïs Saïed, avant le 23 juillet 2020.
Rappelons que Fakhfakh avait remis sa démission à la suite de la réunion tenue, le 15 juillet courant, entre le chef de l’Etat Kaïs Saïed, le chef d’Ennahdha et président du Parlement, Rached Ghannouchi ainsi que le secrétaire général de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), Noureddine Taboubi.
L’Assemblée a été informée par cette démission et son approbation par le président de la République et ce conformément aux dispositions de l’article 98 de la Constitution.
Notons aussi que cette démission a précédé, selon Saïed, le dépôt de la motion de retrait de confiance à Fakhfakh, le même jour, au bureau de l’Assemblée et qui contient 105 signatures.
Des signatures appartenant essentiellement aux députés d’Ennahdha, de Qalb Tounes, de la Coalition Al Karama, d’Al Mostakbal ainsi que de quelques élus indépendants dont l’ex-élu Tahya Tounes et ancien ministre des Domaines de l’Etat et des Affaires foncières, Mabrouk Korchid.
A la suite de sa démission, Elyes Fakhfakh  avait limogé des ministres nahdhaouis dont Abdellatif Mekki, Lotfi Zitoun et Anouar Maârouf.
Hier jeudi, Kaïs Saïed a demandé à Ghannouchi de lui fournir une liste de partis, de coalitions et de blocs parlementaires avec lesquels des concertations autour de la constitution d’un nouveau gouvernement seront entamées.

Lire aussi :

Fakhfakh: J’ai démissionné pour le bien du pays
Après le limogeage des ministres, des nahdhaouis se lâchent sur Elyes Fakhfakh
Nominations et limogeages par le gouvernement sortant : Ennahdha dénonce un règlement de compte
Coup d’envoi des concertations autour de la formation d’un nouveau gouvernement
En photos : Lotfi Zitoun fait ses adieux au ministère des Affaires locales
Laârayedh à Fakhfakh : Vous avez commis une grosse erreur !
Hajji : Les élus Ennahdha et Qalb Tounes souhaitent toujours évincer Elyes Fakhfakh !
Formation d’un nouveau gouvernement: Saied veut des propositions
Bhiri: le prochain chef du gouvernement doit être au-dessus de tout soupçon de conflit d’intérêts
Khemiri : Les ministres limogés d’Ennahdha pourraient revenir au gouvernement
Zouhair Maghzaoui précise les qualités du nouveau chef du gouvernement

 

Lire aussi
commentaires
Loading...