POUR LIRE NOTRE MAGAZINE EN PDF CLIQUER ICI

Maghzaoui: « Nous avons définitivement rompu avec l’étape Ennahdha et son conseil Choura qui dicte sa loi au pays »

Une des premières réactions qui ont suivi l’annonce de la démission du gouvernement d’Elyès Fakhfakh était venue de la bouche du secrétaire général du mouvement Echaâb, Zouheir Maghzaoui qui a rappelé que la motion de retrait de confiance n’avait plus aucun sens à partir du moment où la démission était survenue bien avant le dépôt de la motion.
Maghzaoui a déclaré mercredi 15 juillet à « Acharaâ Al Magharibi » que Fakhfakh avait déjà exprimé au président de la République Kaïs Saïed et au bloc démocratique sa disposition à démissionner depuis belle lurette. Par ce rappel, le dirigeant du bloc démocratique voulait certainement dire qu’à malin, malin et demi !
« Une nouvelle fois, le président de la République a eu le dernier mot, constate le dirigeant d’Echaâb en faisant allusion au fait qu’il revient désormais à Kaïs Saïed de choisir la personnalité la plus apte à former un gouvernement. D’ailleurs, le mouvement Echaâb a poussé dans ce sens-là. Saïed et Echaaâb avions conseillé à Fakhfakh de démissionner. Et il l’a fait, permettant de la sorte au président de la République de désigner un nouveau chef du gouvernement. A partir de là, la motion de retrait de confiance était devenue une sorte de baroud d’honneur. Ce qu’avait fait aujourd’hui le mouvement Ennahdha qui a « acheté » les voix de certains députés était également resté hors jeu, et tout à fait inutile ».
* »Fakhfakh était prêt à démissionner depuis longtemps ! »
Maghzaoui a révélé que Fakhfakh était prêt à démissionner, et en a informé Echaâb depuis longtemps.
« Il a dit qu’il se mettait à la disposition du président de la République qui l’avait désigné, ajoute-t-il. Mais le plus important dans l’avenir, c’est que nous avons définitivement rompu avec l’étape du mouvement Ennahdha et de son conseil « Choura » qui dicte sa loi au pays et gouverne comme il l’entend. La prochaine étape est ouverte à plusieurs scénarios. Y compris celui d’élections anticipées au cas où le prochain gouvernement ne passe pas. Il reste en tout cas prématuré de dire si Ennahdha va participer à la prochaine équipe gouvernementale », conclut le SG du mouvement Echaâb.
H.A.
Lire aussi
commentaires
Loading...