Fakhfakh: « Il s’agit de renforcer la ceinture gouvernementale, pas de l’élargir »

Dans une interview accordée au site Nawat et publiée jeudi 2 juillet 2020, le chef du gouvernement Elyès Fakhfakh a déclaré que la coalition gouvernementale actuelle était arrivée après un « accouchement par césarienne« , reconnaissant qu’il existe des différences entre certaines de ses composantes qui « apprennent toujours à se connaître ».
Il a souligné que l’équipe gouvernementale s’est retrouvée immédiatement après la formation du gouvernement dans une épopée qui n’était pas de son choix (crise du nouveau coronavirus), considérant que la crise a contribué à rapprocher les composantes du gouvernement.
Concernant la possibilité d’élargir la « ceinture » qui constitue le gouvernement, Fakhfakh a déclaré: « Si nous le voulions, nous aurions élargi la ceinture du gouvernement depuis le début.« 
Il a expliqué que la coalition gouvernementale était construite autour d’une idée originale et a choisi une ceinture politique pour cela, ajoutant que « la coalition gouvernementale a toujours défié, combattu et gagné une bataille, et mène toujours des batailles sans hésitation, et que le problème actuel est de renforcer la ceinture gouvernementale, pas de l’élargir« .
* »Rétablir le tourisme dans ses droits »
Le chef du gouvernement a estimé que la coalition au pouvoir avait jusqu’à présent rempli sa tâche, appelant à investir dans ce succès.
Evoquant les retombées de la pandémie du COVID-19, Fakhfakh a souligné que la décision de l’ouverture des frontières et de la levée du couvre-feu a été prise par son gouvernement bien avant d’autres pays afin de rétablir le tourisme dans ses droits.
« Nous avons gagné la guerre du nouveau coronavirus. Il est temps de relancer la machine économique », a-t-il insisté.
* »Je vais poursuivre la guerre contre la corruption »
« Les Tunisiens ont toujours confiance en ma personne malgré l’affaire actuelle qui me concerne, car ils savent que le gouvernement est clair, et c’est pourquoi nous avons réussi« , ajoute le chef du gouvernement qui estime que « le nombre de spéculateurs arrêtés en deux mois de mon mandat est quatre fois supérieur à celui de ceux qui ont été arrêtés sous le gouvernement Chahed« . 
« Je vais poursuivre la guerre contre la corruption, a-t-il promis. Nous avons décidé de ne plus recourir à l’endettement extérieur. Il faut savoir que les pays qui ont demandé le rééchelonnement de leur dette extérieure sont des pays pauvres. Nous espérons que la Tunisie n’en fera pas partie ».
« Le port de Radès est aujourd’hui la priorité économique de la Tunisie, et tout ce qui peut faciliter l’investissement et l’économie demeure bien entendu une priorité« , a-t-il conclu.
H.A.
Lire aussi
commentaires
Loading...