POUR LIRE NOTRE MAGAZINE EN PDF CLIQUER ICI

Démission ou pas démission ? Les choix qui s’offrent à Elyes Fakhfakh selon Yassine Ayari

Depuis l’éclatement de l’affaire des soupçons du conflit d’intérêts, le Chef du gouvernement, Elyes Fakhfakh, est en très mauvaise posture. La situation a empiré depuis que le Conseil de La Choura d’Ennahdha a décidé, dimanche 13 juillet 2020, de retirer sa confiance à Elyes Fakhfakh.
Que peut faire ce dernier pour se défendre ? Le député Yassine Ayari a exposé deux choix qui s’offrent au Chef du gouvernement. Tout d’abord, ce dernier a la possibilité de remanier son équipe en vue, ensuite, de solliciter la confiance de l’ARP (Assemblée des Représentants du Peuple). Second choix selon Yassine Ayari : le Chef du gouvernement peut désigner des ministres intérimaires. Toutefois, il s’agira d’un gouvernement faible, sans légitimité et dont les projets de lois ne passeront pas à l’ARP. « J’ignore laquelle des situations est la plus convenable pour Elyes Fakhfakh », a déclaré le député dans un statut Facebook, appelant le président de la République, Kaïs Saïed, « à euthanasier politiquement ce gouvernement ».
Ainsi, poursuit le député, le Chef de l’État pourra reprendre les commandes en proposant un nouveau Chef du gouvernement. Si celui-ci n’obtient pas la confiance de l’ARP, le président pourra en désigner un autre. « J’appelle le président de la République à activer l’article 99 de la Constitution dans le cas où Elyes Fakhfakh refusera de démissionner. Ce dernier s’arroche au pouvoir pour plusieurs raisons : son départ lui causera des pertes financières énormes. Il risque même de se voir priver de sa liberté. Personne n’a fait tomber ce gouvernement, hormis l’avidité et la prétention », lit-on encore dans le statut de Yassine Ayari.

Lire aussi
commentaires
Loading...