POUR LIRE NOTRE MAGAZINE EN PDF CLIQUER ICI

Ben Salem : Non, Ennahdha n’a pas décidé de l’éviction d’Elyes Fakhfakh !

Le Conseil de la Choura d’Ennahdha a déterminé, le 12 juillet 2020, la position du parti islamiste à l’égard du chef du gouvernement, Elyes Fakhfakh en décidant de l’évincer.
Toutefois, le leader d’Ennahdha, Mohamed Ben Salem a démenti cette décision en précisant qu’il s’agissait uniquement d’une alternative qui a été examinée sans pour autant être approuvée.
Intervenant sur les ondes de Mosaïque FM le 13 juillet courant, Ben Salem a souligné que le Conseil de la Choura a chargé le chef d’Ennahdha, Rached Ghannouchi de se concerter avec le chef de l’Etat, Kaïs Saïed, les partis politiques ainsi que les organisations nationales.
Ces concertations, selon l’ancien ministre, avaient pour objectif d’étudier les éventuelles solutions au cas où les soupçons de conflit d’intérêts visant le chef du gouvernement, Elyes Fakhfakh s’avèrent justes d’où le scénario de sa démission ou celui du retrait de confiance.
Mohamed Ben Salem a, de ce fait, assuré que les membres du Conseil de la Choura d’Ennahdha sont conscients de la gravité de la conjoncture socio-économique et souhaitent éviter un vide gouvernemental dans ce contexte délicat. Ainsi, ils n’opteront pas pour le retrait de confiance à Elyes Fakhfakh.
Rappelons que le Conseil de la Choura d’Ennahdha avait chargé, dimanche dernier à la suite de sa réunion, Rached Ghannouchi de débattre avec Kaïs Saïed de la formation d’un nouveau gouvernement après la décision du retrait de confiance au gouvernement Fakhfakh.
Pour sa part et lors de sa réunion, lundi, avec Elyes Fakhfakh et Noureddine Taboubi, secrétaire général de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), Saïed avait exprimé son rejet catégorique des concertations gouvernementales tant que le gouvernement de Fakhfakh est toujours en place.
Ainsi, le chef de l’Etat avait rappelé que ces négociations ne pouvaient avoir lieu qu’après la démission d’Elyes Fakhfakh ou un retrait de confiance par les députés de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP).
Plus tard le même jour, la présidence du gouvernement a annoncé un remaniement ministériel dans les prochains jours où des ministres nahdhaouis seraient limogés.
Ainsi, Elyes Fakhfakh a réagi aux manœuvres du parti islamiste visant à l’évincer et a accusé Ennahdha d’avoir instrumentalisé l’affaire des soupçons de conflit d’intérêts l’impliquant afin de servir ses propres intérêts politiques.

Lire aussi : 

Éviction d’Elyes Fakhfakh : Noureddine Bhiri répond à Kaïs Saïed
Kais Saied: il n’est pas question d’entamer les concertations pour former un nouveau gouvernement…
Crise politique : Tarek Fetiti appelle Kaïs Saïed à intervenir
Le Conseil de la Choura d’Ennahdha décide d’entamer les concertations dédiées à la formation d’un nouveau gouvernement
Kaïs Saïed, le Grand Absent
C’est la véritable raison derrière la très probable chute d’Elyes Fakhfakh
Démission ou pas démission ? Les choix qui s’offrent à Elyes Fakhfakh selon Yassine Ayari
Le Cheikh Ghannouchi va discuter avec Kaïs Saïed au sujet du prochain gouvernement
Conseil de la Choura d’Ennahdha : Le soutien à Elyes Fakhfakh sera-t-il maintenu ?
Fakhfakh déclare la guerre à Ennahdha et annonce un remaniement ministériel imminent
Remaniement : les 6 ministres d’Ennahdha qui risquent de partir
Ennahdha tout furax après la contre-attaque de Fakhfakh et elle le fait savoir

Lire aussi
commentaires
Loading...