Affaire de conflit d’intérêts de Fakhfakh : L’INLUCC réclame des interdictions de voyage et des gels des avoirs

L’Instance nationale de lutte contre la corruption (INLUCC) est revenue, dans la soirée de dimanche 19 juillet 2020 sur l’affaire de conflit d’intérêt visant le chef du gouvernement démissionnaire, Elyes Fakhfakh.
En effet, l’Instance a annoncé qu’elle avait soumis au Procureur de la République près du pôle judiciaire et financier, le 16 juillet courant, un second rapport appuyé par de nouvelles preuves sur cette affaire.
Ainsi, il a été précisé qu’il s’agit de soupçons de conflit d’intérêts, de corruption financière et administrative aussi bien que d’évasion fiscale et ce concernant des marchés conclus entre l’Etat et des entreprises dans lesquelles Fakhfakh détient des actions.
L’INLUCC a, ainsi, demandé au Procureur de la République d’émettre des décisions d’interdiction de voyage aussi bien que de gel des avoirs de certains individus suspects.
Cet appel survient à la suite de fortes preuves démontrant des infractions de la loi relevant de la corruption.
Rappelons que le ministère de la Fonction publique, de la Gouvernance et de la Lutte contre la corruption a publié, le 17 juillet courant, le rapport préliminaire concernant l’affaire de conflit d’intérêts visant le chef du gouvernement démissionnaire, Elyes Fakhfakh.
Un rapport rendant publiques les conclusions quant aux marchés conclus entre l’Agence nationale de gestion des déchets (Anged) et la société Valis où Elyes Fakhfakh détient des actions.
A la suite de cette publication, plusieurs parties dont le secrétaire général du Mouvement Echaâb, Zouhair Maghzaoui, le dirigeant d’Ennahdha, Samir Dilou ainsi qu’Attayar ont appelé le chef du gouvernement sortant, Elyes Fakhfakh à déléguer ses pouvoirs à l’un de ses ministres.

Lire aussi :

Elyés Fakhfakh: « Je céderais volontiers les participations que je détiens dans ces entreprises »
Elyes Fakhfakh sommé par Kaïs Saïed de déléguer ses pouvoirs : le vrai du faux
Soupçons de conflits d’intérêts d’Elyes Fakhfakh : le rapport préliminaire nuancé par la HAICOP

Lire aussi
commentaires
Loading...