POUR LIRE NOTRE MAGAZINE EN PDF CLIQUER ICI

Yassine Ayari: Gérant d’une autre société, Fakhfakh risque deux ans de prison

Quelques heures avant sa comparution devant le pôle judiciaire et financier dans le cadre de la présumée affaire de conflit d’intérêts impliquant le chef du gouvernement, Elyes Fakhfakh, le député du mouvement Al Amal, Yassine Ayari, a publié ce mercredi 24 juin 2020 de nouveaux documents liés à une nouvelle affaire.

Dans ce contexte, Yassine Ayari, documents à l’appui, a affirmé que le chef du gouvernement est impliqué dans plus qu’une affaire de conflit d’intérêts ajoutant qu’Elyes Fakhfakh est toujours gérant d’une autre société familiale basée à l’Ariana créée depuis 2009. Il a précisé que la dernière mise à jour de l’historique de l’ajout ou de modification des dirigeants juridiques de la société date du mois de janvier 2015 ce qui constitue une infraction grave de l’article 18 de la loi n° 2018-46 du 1 août 2018, portant déclaration des biens et des intérêts, de la lutte contre l’enrichissement illicite et le conflit d’intérêt dans le secteur public. En effet, en vertu de cet article, le chef du gouvernement est appelé à céder ses parts dans un délai ne dépassant pas les 60 jours.

Yassine Ayari a rappelé que selon l’article 34 de la loi n° 2018-46 du 1 août 2018, l’infraction des articles 17, 18 et 19 entraînera une peine de prison de deux ans et une amende de 1000 dinars.

Notons que dans un précédent post, Yassine Ayari a assuré avoir reçu des menaces de la part de certaines parties précisant que ces dernières l’ont appelé à se calmer et à fermer les yeux sur ce dossier de corruption selon ses dires. Il a ajouté qu’on cherche désespérément à soulever un dossier de corruption l’impliquant afin de porter atteinte à sa crédibilité et sa réputation.

Yassine Ayari a fini par assurer qu’il profitera de sa présence au pôle judiciaire et financier pour porter une nouvelle plainte contre le chef du gouvernement.

Rappelons que la présidence du gouvernement a réagi dans la soirée du mardi 23 juin 2020 aux informations selon lesquelles l’une des sociétés d’Elyes Fakhfakh aurait remporté un appel d’offres d’une valeur de 44 millions de dinars, le 17 Avril 2020. La Kasbah a assuré que le chef du gouvernement ne détient pas d’actions directes au sein de la société en question, mais plutôt des actions dans l’une des sociétés qui possèdent des participations au sein de cette même entreprise. Elle a ajouté que Fakhfakh ne gère aucune des sociétés du groupement et il n’est dirigeant dans aucune d’entre-elles….

S.B.S

Lire aussi: Conflit d’intérêts : la présidence du gouvernement précise sur le cas d’Elyes Fakhfakh

Lire aussi
commentaires
Loading...