POUR LIRE NOTRE MAGAZINE EN PDF CLIQUER ICI

Slim Azzabi : « le gouvernement compte arrêter d’emprunter à l’étranger »

L’État tunisien, depuis 2011, est entré dans la spirale infernale de l’endettement extérieur et les choses se sont encore compliquées depuis le déclenchement de la crise sanitaire liée au COVID-19 en mars 2020. Auditionné ce mardi 2 juin 2020 à l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), le ministre du Développement, de l’Investissement et de la Coopération Internationale, Slim Azzabi, a assuré que le gouvernement va mettre en place des politiques visant à suspendre le recours à la dette extérieur à en rationaliser le déploiement.
« La semaine dernière, nous avons rejeté un crédit qui devait être accordé à l’État par une société financière. Nous avons estimé que ce crédit allait alourdir la charge sur l’État, et ce compte tenu des conditions d’octroi », a-t-il assuré.
On aimerait bien le croire, sachant que la Tunisie a emprunté, au moins, 3,14 milliards de dinars jusqu’à présent pour faire face aux répercussions de la crise sanitaire. Il faut limiter les crédits, en effet. Cela passera par le soutien à l’investissement et à l’exportation. Emprunter, pour ce faire, n’a rien de mal, bien au contraire car les effets seront observés à moyen et à long termes. Mais emprunter pour assurer les dépenses de gestion, cela n’a rien de bon pour les caisses de l’État.
On aimerait bien croire le ministre en tout cas.

Lire aussi
commentaires
Loading...