POUR LIRE NOTRE MAGAZINE EN PDF CLIQUER ICI

Report du « sit-in citoyen » de Bardo : les organisateurs ont enfin réalisé les risques

Le « sit-in citoyen », comme ses initiateurs l’ont baptisé, devait avoir lieu ce lundi 1er juin 2020 devant le siège de l’ARP (Assemblée des Représentants du Peuple) au Bardo. Le mouvement, initié par l’avocat Imed Ben Halima et d’autres opposants à Ennahdha, a finalement été reporté pour l’après-confinement.
C’est ce qu’a annoncé Imed Ben Halima ce lundi d’ailleurs, sachant que le sit-in avait tout de même été organisé pour, justement, annoncé le report. C’était dans une importante présence sécuritaire. Des « dégages », selon les témoins sur placé », ont été brandi par les quelques sit-inneurs présents. L’objectif, rappelons-le, était d’appeler à la destitution de Rached Ghannouchi, président d’Ennahdha, de la présidence de l’ARP, et aussi d’appeler au changement du régime politique. Présent sur place, Imed Ben Halima assuré que le but était de pousser ceux qui sont au pouvoir à honorer leurs engagements vis-à-vis des électeurs.« Il n’y a pas de Cour Constitutionnelle et nous avons une loi électorale sur-mesure. Aujourd’hui, le président de la République n’a pas de prérogatives significatives alors que 2 millions d’électeurs l’ont élu. D’un autre côté, on a un chef du gouvernement qui gouvernement et qui, pourtant, n’a pas obtenu plus de 0,5% des voix. C’est contraire à la volonté du peuple », s’est indigné l’avocat.
Ben Halima a, dans ce même contexte, appelé à la destitution immédiate de Rached Ghannouchi de la présidence de l’ARP. « Il ne faut pas profiter de ce poste en vue de soutenir des affaires qui vont à l’encontre des intérêts du peuple tunisien. Rached Ghannouchi soutient les opérations turques en Libye. Or, ceci peut entraîner la Tunisie dans une guerre dont on ignore les conséquences. Il faut se conformer à la position tunisienne officielle : une solution libyenne sans armes », a-t-il encore déclaré.
Dès le départ, l’idée du sit-in était risquée compte tenu du contexte épidémiologique particulier, marqué par les risques de propagation du COVID-19 (SARS-CoV-2).
Il ne s’agit pas de commenter les revendications, mais surtout le bien-fondé de la tenue d’une telle manifestation dans notre contexte. Les organisateurs ont fini par comprendre leur bourde.

Lire aussi
commentaires
Loading...