POUR LIRE NOTRE MAGAZINE EN PDF CLIQUER ICI

Rahoui : Rached Ghannouchi est un danger pour la sûreté nationale !

L’élu du Front populaire, Mongi Rahoui a considéré que le président du Parlement, Mongi Rahoui représente, aujourd’hui et plus que jamais, un danger pour la sûreté nationale exigeant, ainsi, un retrait de confiance.
Dans une déclaration accordée à Jawhara FM en ce mercredi 3 juin 2020, date d’une séance plénière consacrée à l’examen d’un projet de Déclaration sur le refus de la Tunisie de toute ingérence étrangère en Libye ainsi qu’un débat sur la diplomatie parlementaire, Rahoui a précisé que Ghannouchi soutenait ouvertement des parties impliquées dans le conflit libyen menaçant, ainsi, la stabilité du pays.
Le membre du Bloc démocrate a, de surcroît, indiqué que les erreurs de Ghannouchi se sont accumulées qu’il s’agisse de la gestion financière et administrative au sein de l’Assemblée ou encore de la violation de la Constitution. Une infraction relative essentiellement à la transgression de ses prérogatives en s’alignant avec une partie étrangères, ce qui n’a jamais été fait par une partie politique officielle tunisienne.
La plénière en question se déroule encore sous l’hémicycle du Bardo suite à la demande formulée par des élus afin d’auditionner le chef du Parlement sur ses récentes positions quant au conflit libyen.
Des positions qui ont été vivement critiquées par de nombreux blocs parlementaires. Ces derniers ont notamment dénoncé la conversation -non communiquée par l’ARP mais annoncée par le gouvernement d’union nationale libyen- établie entre Rached Ghannouchi et le président du Conseil présidentiel du gouvernement d’union nationale libyen Fayez El Sarraj, le 19 mai dernier.
En effet, le président de l’Assemblée et chef d’Ennahdha avait, lors de cet entretien, félicité El Sarraj de la reconquête de la base aérienne d’Al-Wattia (la plus grande base militaire de la région, s’étendant de l’Ouest de Tripoli jusqu’à la frontière tunisienne, contrôlée depuis six ans sous le contrôle des milices de Haftar).
Il s’est opposé, de ce fait, à la position officielle de la Tunisie et a outrepassé ses prérogatives en s’immisçant dans celles relevant du chef de l’Etat, Kaïs Saïed.

Lire aussi : Sept partis politiques condamnent l’entretien téléphonique entre Ghanouchi et Sarraj
Lire aussi : Des blocs parlementaires dénoncent l’ingérence de Rached Ghannouchi dans des conflits régionaux
Lire aussi : Tarek Ftiti: « Les félicitations de Ghannouchi à Sarraj, une ingérence flagrante dans les prérogatives du président de la République »
Lire aussi : Abir Moussi dénonce les coups de fil suspects de Rached Ghannouchi
Lire aussi : Rached Ghannouchi a transgressé ses prérogatives, selon le Bloc démocrate
Lire aussi : Ghanouchi suspend la séance plénière, après plus d’une heure d’accrochages
Lire aussi : ARP : ça vole très bas dans la cacophonie habituelle…

Lire aussi
commentaires
Loading...